fbpx

“Fake news” : un sondage bidon affirmant que 75 % des médecins en Irlande sont pour l’avortement a dû être retiré

75 médecins Irlande avortement Fake news sondage bidon
 
Deux organisations médiatiques irlandaises, le Journal.ie et l’Irish Times viennent d’être pris en flagrant délit de fake news alors qu’ils ont publié en très bonne place les résultats d’un sondage annonçant le soutien de près de 75 % des médecins en Irlande au retrait de l’amendement constitutionnel qui sacralise le respect de la vie dans le pays. Sondage qui se révèle bidon, en tout cas invérifiable, et qui a été largement utilisé par le lobby de l’avortement pour laisser croire à une large adhésion du corps médical à l’« IVG ». Le sondage a été retiré par une partie des journaux concernés.
 
C’est une association militant pour la conservation du 8e amendement, Savethe8th, qui a mis au jour les manipulations auxquelles le « sondage » avait été exposé. Entièrement réalisé sur les plateformes Twitter et Facebook, ouvert à tous, le « sondage » a suscité 388 réponses dont nul ne saurait dire s’il s’agissait vraiment de médecins.
 

“Fake news” en Irlande : les grands médias ne vérifient pas les informations émanant de la campagne pour l’avortement

 
« Il n’y a aujourd’hui et il n’y avait alors aucun moyen de vérifier qui a participé au sondage, qui n’était d’aucune façon scientifique », a fait valoir Savethe8th dans un communiqué.
 
Dans un premier temps, le quotidien professionnel Irish Medical Times a publié le sondage comme s’il s’agissait d’une enquête réalisée par un institut sérieux (encore que l’on sache à quel point même les maisons sérieuses ont les moyens de manipuler les résultats de leurs sondages), et même comme la plus importante étude à ce jour parmi les médecins généralistes et autres professionnels médicaux concernés.
 
Si l’IMT a depuis lors retiré sa présentation de l’« info », l’Irish Examiner a maintenu en ligne l’article parlant de ce « sondage auprès de quelque 400 médecins réalisé au moment où le ministre de la santé, Simon Harris, venait de confirmer que les médecins auront droit à l’objection de conscience » en cas de légalisation de l’avortement jusqu’à la 12e semaine : « Il met en évidence un soutien médical fort à un régime de l’avortement plus libéral. » Le même article affirme que l’Irish Medical Times a sollicité tous ses lecteurs pour donner leur avis, obtenant 388 réponses dont 285 favorables à la nouvelle loi proposée. A mettre en regard des 2.500 médecins généralistes et autant de spécialistes que compte l’Irlande.
 

Un sondage bidon affirme que 75 % des médecins d’Irlande sont favorables à l’avortement légal

 
Une fois le « sondage » remis en question, contrairement aux autres journaux, l’Irish Examiner n’a guère bougé, se contenant de faire un renvoi en fin d’article vers l’IMT « pour les questions relatives à la méthodologie du sondage et la justesse des résultats ».
 
Méthodologie et justesse nulles, donc, et cela était évident dès le départ – mais cela n’a pas arrête les grands titres de la presse irlandaise qui a répercuté le bobard avec d’autant plus d’empressement qu’il allait dans le sens du vent. Les gros médias irlandais sont en effet, comme dans tant d’endroits du monde, clairement orientés à gauche. Tous se sont précipités pour faire état d’un soutien du monde médical à l’avortement légalisé, ce qui peut avoir du poids auprès de l’opinion en vue du référendum du mois de mai, et n’était la vigilance des pro-vie, tout cela aurait été pris pour argent comptant.
 
Un utilisateur de Twitter note cependant que le tout premier commentaire sous la partie du sondage réalisée sur cette plateforme relevait que n’importe qui pouvait voter et qu’il avait lui-même pu le faire sans être médecin.
 
Comme le note Niamh Uí Bhriain de « Save the 8th » l’affaire révèle que les médias omettent de vérifier les informations dès lors qu’elles émanent de la campagne pro-avortement.
 

Jeanne Smits