Amoris Lætitia : une note de bas de page ne change pas la doctrine de l’Église

Amoris Lætitia doctrine Eglise Mgr Paprocki
 
Surnommé Holy Goalie (Saint Goal), parce qu’il fut le brillant gardien de but d’une équipe de hockey sur glace, un sport qu’il continue à promouvoir, Mgr Thomas Paprocki, évêque de Springfield (Illinois), vient, le 15 juillet, dans une tribune libre de The State Journal-Register, le quotidien local de cette ville, de remettre les choses au point…
 

L’Associated Press trompe ses lecteurs sur la doctrine de l’Eglise

 
Ce même quotidien avait publié le 7 juillet dernier, une dépêche de l’Associated Press affirmant que Mgr Charles Chaput, archevêque de Philadelphie (Pennsylvanie) « ferme la porte ouverte par le pape François pour permettre aux divorcés-remariés catholiques de recevoir la Communion, [Chaput] déclarant que dans son archidiocèse ces fidèles ne pourront y accéder que s’ils s’abstiennent de relations sexuelles et vivent “comme frère et sœur” ».
 
À juste titre, Paprocki qualifie ce jugement de l’Associated Press de « trompeur ». Il s’en explique.
 
« Comme je l’ai expliqué dans ma déclaration sur l’Exhortation apostolique du pape François du 8 avril, date à laquelle elle a été publiée, il n’y a aucun changement au droit canonique ou à la doctrine de l’Église qui soit introduit dans ce document ».
 

Une note de bas de page est de faible importance

 
L’évêque avait, en effet, présenté en détail cette conclusion à son étude d’Amoris Lætitia dans un éditorial publié le 1er mai dans le Catholic Times, organe officiel du diocèse. Il y rappelle que toutes les déclarations des papes et autres documents ecclésiastiques n’ont pas le même poids ou la même autorité : « Parmi [ceux de ces documents] ayant le plus faible degré d’autorité, on trouve les réponses improvisées faites à des questions impromptues lors de conférences de presse données à bord d’un avion. Les notes de bas de page d’une exhortation apostolique doivent elles aussi être considérées comme de faible importance, du fait qu’en elle-même une exhortation apostolique se contente d’exhorter, d’encourager et d’inviter les fidèles à suivre les enseignements et les lois de l’Église existants. Les exhortations apostoliques, par leur nature même, ne sont pas des véhicules pour introduire ou modifier des textes législatifs ou faire des déclarations dogmatiques ».
 

Mgr Paprocki rappelle que les catholiques « divorcés »-remariés ont un choix simple

 
L’évêque termine sa tribune libre en rendant hommage à son confrère dans l’épiscopat de Philadelphie : « Les directives publiées par l’archevêque Chaput sont assurément bonnes […] Elles ne s’appliquent pas qu’à l’archidiocèse de Philadelphie, mais aussi au diocèse de Springfield et partout ailleurs dans l’Église […] Dans ces circonstances, les catholiques ont un libre choix : s’ils persistent à avoir des relations sexuelles hors d’un mariage valide, ils doivent s’abstenir de la sainte Communion ; s’ils souhaitent recevoir la sainte Communion, ils doivent s’abstenir de relations sexuelles hors mariage valide. Ce dernier choix peut sembler impossible à ceux qui se trouvent imprégnés de notre culture saturée de sexe, “mais pour Dieu tout est possible” (Mat. 19, 26).
 

Adam Villiers

 

Amoris Lætitia doctrine Eglise Mgr Paprocki

Mgr Thomas Paprocki.