fbpx

Avortement : Amnesty international fait pression sur le gouvernement irlandais

vortement Amnesty international pression gouvernement irlandais
 
Le gouvernement irlandais a publié le 19 septembre dernier des directives sur l’avortement, garantissant aux femmes et aux jeunes filles l’accès légal à l’avortement lorsqu’il existe un « risque réel et substantiel » pour leur vie.
 
Une décision prise à la suite des critiques virulentes émises par le Comité des droits de l’homme de l’ONU à propos des lois irlandaises sur l’avortement, et qui vient compléter la modification de la loi.
 
Mais la pression ne retombe pas et c’est au tour d’Amnesty International de pousser le gouvernement à faire davantage dans un récent communiqué.
 
L’association reproche à ce dernier de mettre « en danger la vie et les droits des femmes et des jeunes filles », affirmant qu’il était impossible d’évaluer avec précision qu’une grossesse présente un risque « réel et substantiel » pour la vie de la maman.
 
L’association regrette que le « bien-être des femmes et des jeunes filles » soit relégué au second plan, peu soucieuse de celui de l’enfant à naître et des femmes elles-mêmes qui souffrent elles aussi des suites de l’avortement.
 
« Plutôt que d’adopter des mesures fragmentaires qui offrent un accès illusoire à l’avortement pour sauver la vie d’une femme ou d’une jeune fille, l’Irlande doit dépénaliser entièrement l’avortement » insiste le communiqué, s’appuyant sur les normes internationales relatives aux « droits humaines sur l’avortement ».