fbpx

Brésil : un chantier de construction de sous-marins à propulsion classique et nucléaire titanesque

Bresil construction sous-marins nucleaires
 
Depuis 2010 et pour 5 ans, le Brésil mène des travaux titanesques pour réaliser un chantier de construction de sous-marins à propulsion classique et nucléaire, ainsi que la future base navale qui les soutiendra.
 

Sous-marins nucléaires d’attaque

 
Le 12 décembre, la présidente brésilienne Dilma Roussef inaugurait officiellement le hall principal du nouveau site, érigé à Itaguaí, dans lequel seront assemblés les Scorpene commandés à la France en 2009 ainsi que le futur sous-marin nucléaire d’attaque que les Brésiliens sont en train de concevoir.
 

Construction de la base navale

 
Implantée au bord de la baie de Sepetiba, à l’ouest de Rio de Janeiro, l’imposante nef qui pourra réaliser simultanément deux sous-marins, est une réplique compacte du chantier de DCNS de Cherbourg. Le groupe français a été retenu par la marine brésilienne pour l’aider à définir la conception, les spécifications fonctionnelles, l’organisation et le contenu des outils industriels nécessaires à la réalisation et l’exploitation de ce chantier. Il pilotera aussi la construction de la base navale attenante qui s’inspire des infrastructures de l’arsenal de Toulon dédiées à l’accueil et l’entretien de certains sous-marins français.
 
Le premier tronçon du sous-marin n’a cependant pas été réalisé sur place mais par le site DCNS de Cherbourg avant d’être envoyé à Itaguaí par cargo au printemps 2013. Ce tronçon a permis d’assurer en France la formation du noyau dur des équipes de soudage brésiliennes, qui ont ainsi appris les techniques nécessaires à la réalisation des coques de sous-marins et obtenu les qualifications requises.
 

Transfert de technologie entre la France et le Brésil

 
Loin d’être terminé, le transfert de technologie lié à ce programme, qui est le plus large et abouti du genre pour un contrat à l’export, va se poursuivre encore pendant plusieurs années, non seulement au Brésil, mais également en France.
 
En effet, depuis 2010, plus de 200 ingénieurs, techniciens et marins brésiliens sont venus se former dans l’Hexagone.
 
Ces bâtiments commandés par le Brésil sont pour l’heure les plus gros de la famille Scorpene, qui a également été adoptée par le Chili (2 bâtiments), la Malaisie (2) et l’Inde (6).
 
Des projets qui montrent clairement l’émergence stratégique des « BRICS » (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) par le biais de transferts de nos technologies militaires, cette fois-ci par le biais du développement brésilien.
 
A noter qu’outre la Chine communiste, la Russie est présidée par un ancien du KGB, l’Afrique du Sud est gouvernée avec l’aide du parti communiste local quand le Brésil a pour présidente une « travailliste » militante…