fbpx

La Bulle pour le Jubilé de la miséricorde

Bulle Jubile misericorde
 
La Bulle papale d’indiction du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde, Misericordiae Vultus, a été présentée ce samedi 11 avril devant la Porte Sainte de la basilique Saint-Pierre.
 
Le pape François ouvre le texte sur la lumière et la miséricorde du visage du Christ. « Nous avons toujours besoin de contempler le mystère de la miséricorde, écrit-il. Elle est source de joie, de sérénité et de paix. Elle est la condition de notre salut. Miséricorde est le mot qui révèle le mystère de la Sainte Trinité. La miséricorde, c’est l’acte ultime et suprême par lequel Dieu vient à notre rencontre. La miséricorde, c’est la loi fondamentale qui habite le cœur de chacun lorsqu’il jette un regard sincère sur le frère qu’il rencontre sur le chemin de la vie. La miséricorde, c’est le chemin qui unit Dieu et l’homme, pour qu’il ouvre son cœur à l’espérance d’être aimé pour toujours malgré les limites de notre péché. »
 

La Bulle d’indiction pour le Jubilé

 
Précisant que cette Année Sainte s’ouvrira le 8 décembre prochain, en la solennité de l’Immaculée Conception, le Saint-Père observe que, en cette occasion, la Porte Sainte sera une Porte de la Miséricorde. Car, « face à la gravité du péché, Dieu répond par la plénitude du pardon ». Et il ajoute : « La miséricorde sera toujours plus grande que le péché, et nul ne peut imposer une limite à l’amour de Dieu qui pardonne. »
 
Le pape note ensuite que ce choix est celui du cinquantième anniversaire de la conclusion du Concile œcuménique Vatican II, à propos duquel il note que « les Pères du Concile avait perçu vivement, tel un souffle de l’Esprit, qu’il fallait parler de Dieu aux hommes de leur temps de façon plus compréhensible ».
 
On ne peut pourtant que noter, même si le pape ne le fait pas, que Dieu semble n’avoir jamais été aussi incompréhensible à nos contemporains, ce qui dresse, d’une certaine manière, comme un constat d’échec de cette velléité des Pères conciliaires.
 
Quoi qu’il en soit, ladite Porte Sainte sera refermée le 20 novembre 2016, pour la conclusion de l’Année jubilaire.
 

Qu’est-ce que la miséricorde ?

 
Il n’en reste pas moins que, comme le souligne le pape à la suite de Jean-Paul II, il y a urgence à annoncer et à témoigner de la miséricorde dans le monde d’aujourd’hui. Mais, peut-être parce que le vocabulaire qui est celui hérité des Pères du Concile n’a pas été suffisamment clair, suffisamment compréhensible pour l’homme moderne, il convient assurément d’en rappeler la nature. Il n’est pas sûr que, en l’équiparant avec certaines images du judaïsme ou de l’islam, les chrétiens parviennent mieux à la saisir.
 
C’est plutôt au pied de la Croix où se termine, après ces détours, la Bulle papale que peut se comprendre la réalité de la miséricorde divine. Au pied de la Croix, quelque part entre la Sainte Vierge et saint Jean…
 
François le Luc