fbpx

Le cardinal Coccopalmerio affirme que l’interprétation d’« Amoris laetitia » du pape François a été élevée au rang d’« enseignement officiel de l’Eglise »

cardinal Coccopalmerio interprétation Amoris laetitia pape François enseignement officiel Eglise
 
Le président du Conseil pontifical pour les textes législatifs a fait cette déclaration à Catholic News Service, affirmant que la demande expresse du pape François de faire figurer sa lettre aux évêques de la région de Buenos Aires dans les actes du Saint Siège, les félicitant de leurs considérations sur la communion pour les divorcés remariés, donne à l’ensemble de ces documents une « qualification particulière qui les élève au rang d’enseignement officiel de l’Eglise ».
 
« Alors que le contenu de la lettre du pape elle-même ne contient pas d’enseignement sur la foi et la morale, il désigne les interprétations des évêques argentins et les confirme comme reflétant de manière authentique sa propre pensée. Ainsi, pris ensemble, les deux documents deviennent le magistère authentique du Saint-Père pour l’ensemble de l’Eglise », a soutenu Coccopalmerio.
 
Cette interprétation est directement opposée au canon 915 du Droit canon, qui interdit aux pêcheurs manifestes de s’approcher de la communion, sans d’ailleurs porter de jugement sur leur for intérieur. Ce canon reste en vigueur faute d’abrogation explicite.
 
Le cardinal Coccopalmerio a fait là une des médias italiens il y a quelques mois lorsque l’on a découvert que son secrétaire au Conseil pontifical, Mgr Luigi Capozzi, organisait des orgies gays, avec drogue en abondance, dans ses appartements au Vatican. Son arrestation par la police italienne des stupéfiants à empêché la demande du cardinal de voir son secrétaire élevé au rang d’évêque de prospérer.