fbpx

Que se serait-il passé si Christophe Colomb n’avait pas découvert l’Amérique ? RT a la réponse…

Christophe Colomb pas découvert Amérique RT
 
En un exercice d’histoire-fiction que l’on trouve sur le site hispanophone de Russia Today – actualidad.rt.com – le média proche du Kremlin imagine ce que serait devenue l’Amérique si Christophe Colomb n’avait pas traversé l’Atlantique avec ses caravelles. On devine l’objectif idéologique d’un exercice par ailleurs absurde, puisque si Colomb ne l’avait pas fait, l’Amérique aurait été découverte de toute façon au fur et à mesure des évolutions de la technique et de la navigation. Mais l’idée est de montrer une Europe qui se serait enfoncée dans l’oubli, sans pouvoir répandre sa culture ni sa foi.
 
Si Colomb n’avait pas touché terre aux Bahamas un certain 12 octobre 1492, assure l’article, l’histoire en aurait été tout autre. Une Europe sans richesse, sans plaisir, sans la Conquista d’un côté ; de l’autre, le monde mésoaméricain prenant la tête d’un continent dont la population « n’aurait pas été brutalement décimée ».
 
L’article évoque alors la tristesse et la nostalgie d’un autochtone, 27 ans après l’arrivée de Colomb et en plein siège d’Hernan Cortés à Tenochtitlan au Mexique, disant son amertume dans un poème célébrant la grandeur passée des Aztèques. Ces Aztèques qui pratiquaient les sacrifices humains et dont la culture était au bout du compte si fragile qu’elle a été incapable de résister à quelques centaines d’Espagnols…
 

RT livre une analyse anti-impérialiste de la conquête de l’Amérique latine par l’Espagne

 
C’est un historien du Venezuela, Alejandro  Lopez, qui a été consulté par RT.com. Celui-ci observe le tournant où se trouvait l’Espagne en 1492 : dans un contexte d’unification espagnole après le mariage d’Isabelle de Castille et de Ferdinand d’Aragon (en 1469), L’Espagne achève la Reconquista en chassant les musulmans et expulse aussi les juifs cette année-là, et recherche – selon Lopez –  une « identité nationale centrée sur le catholicisme ». Sans Colomb, l’Espagne aurait pu continuer son expansion vers l’Afrique et la Méditerranée, à la poursuite des ennemis tout juste vaincus. La colonisation de l’Amérique était dictée par autre chose, soutient l’historien : le « besoin d’adhésion de militants de la foi » car « le catholicisme espagnol était à peine en train de naître » (sic).
 
Ainsi les autochtones d’Amérique auraient servi de repoussoirs à qui l’on allait imposer une foi en un Dieu unique au moyen de la « guerre contre les infidèles », voire contre le « diabolisme américain », comme l’appelle l’historien mexicain Josué Sanchez, à travers des accusations de sorcellerie : ces Indiens étaient présentées comme des « âmes impures et condamnées qui devaient se sauver ».
 
« Cette lutte religieuse a produit les effets peut-être les plus destructeurs en Amérique jamais enregistrés par l’histoire », affirme Sanchez dans sa dénonciation de L’imposition du diabolisme chrétien en Amérique. Comme si la religion de mort des Aztèques, leur tyrannie communisante nourrie de sang humain et de cœurs arrachés pour apaiser des dieux d’une cruauté inimaginable n’étaient pas proprement démoniaques…
 

Si Christophe Colomb n’avait pas découvert l’Amérique, l’Europe aurait sombré dans « l’obscurantisme »…

 
Pour le Vénézuelien Lopez, le développement de l’Europe s’est faite uniquement grâce aux grandes Découvertes, sans quoi elle aurait été « un territoire sans richesse, sans plaisir et sans utopie ». L’Europe – « occidentale », précise-t-il – « se serait trouvée engloutie dans l’obscurantisme ». Elle a profité de « l’exploitation incontrôlée des pierres précieuses, des perles, extraites dans l’actuel Venezuela ; l’or des Incas au Pérou ; l’argent du Potosi, en Bolivie, et à Zacatecas et Guanajuato au Mexique », résume RT. Sans tout cela, « on n’aurait pas activé les rythmes marchands et préindustriels du XVe siècle » rendus possibles grâce à tout ce que l’on a tiré de l’Amérique.
 
RT cite un autre historien, uruguayen celui-là – Eduardo Galeano, auteur des Veines ouvertes de l’Amérique latine – selon lequel « l’or et l’argent étaient les clefs employées par la Renaissance pour ouvrir les portes du paradis au ciel et les portes du mercantilisme capitaliste sur la terre ». Ah, les méchants profiteurs impérialistes !
 
Retour auprès de Lopez qui voit dans les produits d’Amérique les seules sources du plaisir dans la vieille Europe. « Cela est fondamental pour comprendre l’Europe. Nous ne reconnaissons pas assez le rôle joué par le cacao, le sucre et le tabac dans l’activation du système nerveux central, et l’Europe n’aurait pas eu de plaisir sans l’Amérique. » Si, si, il l’a affirmé !
 

Christophe Colomb a signé l’arrêt de mort de 70 millions de personnes, affirme en substance RT

 
Pour l’écrivain d’origine bulgare Tzvetan Todorov, chercheur au CNRS cité par RT, la conquête de l’Amérique s’explique par « le désir de devenir riche et la pulsion de domination » renforcé par l’idée que les indigènes étaient des êtres inférieurs « à mi-chemin entre les hommes et les animaux ». D’où les immenses « destructions », assure-t-il : selon Todorov, il est possible que la Conquista et la colonisation aient entraîné la mort d’au moins 90 % de la population, soit à l’époque quelque 70 millions de personnes. Assassinats, mauvais traitements, l’arrivée de maladies inconnues se sont ainsi conjugués selon lui pour aboutir à cette tuerie : « Aucun massacre du XXe siècle ne peut se comparer avec cette hécatombe. »
 
Ah oui… Et surtout pas la centaine de millions de victimes du communisme – selon les estimations certaines les plus modestes – qui ont endeuillé le monde à travers des politiques nazies et communistes délibérément génocidaires. Mais lorsqu’on veut charger le catholicisme, tous les moyens sont bons…
 

Pire que les nazis et les communistes, les colons espagnols qui ont annihilé la civilisation aztèque en Amérique

 
Les historiens se plaisent alors à imaginer ce qu’eût été l’expansion aztèque sans la Conquête espagnole : ils auraient pu atteindre le Panama au sud en raison de la décadence de la culture maya (elle aussi fondée sur les sacrifices humains et la réduction en esclavage des ennemis vaincus). Dans le même temps, les grandes civilisations de l’Amérique du Sud étaient en train de « fleurir », estime Lopez, avec notamment les Incas dans les Andes et leur « système social, politique et administratif, le plus efficace qui existait dans l’Amérique pré-envahie ». Ils auraient pu descendre jusqu’à la pampa argentine.
 
Le ton de l’article est remarquable. Non seulement il alimente la haine indigène contre l’envahisseur impérialiste chrétien, il rejoint à sa manière celui des tenants d’un monde multipolaire où les « histoires longues » de toutes les cultures – quelles qu’elles soient – sont valorisées et où la civilisation catholique, qui s’est notamment répandue par son expansion maritime, est conçue comme la grande ennemie de l’homme. C’est la dénonciation de l’« atlantisme », au fond, celle qui revient aussi bien chez les « nationaux-bolcheviques » que parmi les représentants de la Nouvelle Droite…
 

Jeanne Smits