Migrants en Allemagne : viols et agressions de masse à Cologne, la veille du Nouvel An

Cologne Migrants viols agressions Nouvel An Allemagne

Victime.


 
Le centre de Cologne a été le théâtre de débordements le 31 décembre au soir alors que plus d’un millier d’immigrants ont tiré des feux d’artifices au milieu de la foule et ont assailli sexuellement des femmes allemandes qui avaient le malheur de se trouver à cet endroit. Au petit matin du vendredi 1er janvier, de vastes groupes de migrants composés exclusivement d’hommes ont agressé, volé et dans de nombreux cas assailli sexuellement au moins soixante jeunes Allemandes qui tentaient de rejoindre la gare de Cologne. Si certaines ont pu échapper aux dizaines d’agresseurs qui se trouvaient sur leur passage, d’autres ont eu beaucoup moins de chance : la police a rapporté plusieurs cas de viols perpétrés dans la gare au cours de cette nuit-là lors de cette agression de masse qui laisse l’Allemagne horrifiée.
 

Un millier de migrants fête le Nouvel An à Cologne par des viols et des agressions

 
Les agresseurs, des migrants, originaires d’Afrique du Nord et de pays arabes, munis de papiers en règle émanant des services d’immigration, d’après la police, s’en sont également pris à des dizaines d’hommes, les agressant pour les voler. Jusqu’à présent, on comptabilise quelque 80 victimes, dont 35 femmes molestées sexuellement. Mais la police s’attend à un bilan plus important, d’autant qu’elle a appelé les victimes à venir déposer plainte. Lors d’une conférence de presse tenue dès le 1er janvier, le chef de la police de Cologne, Wolfgang Albers, a qualifié la situation d’« intolérable ».
 

L’Allemagne découvre la violence raciste de migrants accueillis à bras ouverts

 
En dépit de ces déclarations, la police n’a procédé qu’à cinq arrestations alors que des dizaines et des dizaines de personnes ont été victimes et que le périmètre de la gare est entièrement sous vidéosurveillance. Le chef de la police pourrait bien devoir répondre à d’autres questions relatives à ces délits : en effet, seulement dix policiers ont été dépêchés sur place et des accusations encore non étayées mais circulant déjà sur Internet dénoncent le comportement d’officiers de police ridiculisant une victime qui n’aurait pas été assez vigilante.
 
Plusieurs villes allemandes avaient pris la décision de ne pas allumer de feux d’artifice à l’occasion du Nouvel An, de peur de bouleverser les immigrants qui auraient pu assimiler les pétarades à des opérations de guerre. Or ce sont eux qui ont provoqué le chaos dans le centre-ville de Cologne, ville qui les accueille, au détriment de la population. « C’est quelque chose que nous ne connaissions pas », a déclare un syndicat de police allemand.
 
Il est vrai que le « racisme anti-Blanc » est une notion taboue.
 

Nicklas Pélès de Saint Phalle