Crime d’honneur en Suède :
six personnes condamnées pour meurtre

Crime honneur Suède six personnes condamnées meurtre

Ramin Sherzaj et la voiture brûlée.


 
On ne nous dit pas la religion d’un homme victime d’un crime d’honneur particulièrement barbare en Suède en avril 2016, mais son nom couplé avec la nature des faits en dit long : Ramin Sherjaz a été tué pour avoir eu une aventure avec une femme mariée. Musulman ? Sans doute. La cour de district de Gävle, lieu de résidence de la victime, vient de condamner six personnes dans cette affaire symbolique de l’importation de mœurs sauvages dans les pays scandinaves, au sein d’une communauté qui non seulement prend très au sérieux le respect des normes morales, ce qui en soi n’a rien de choquant, mais qui en sanctionne l’irrespect en se faisant justice à elle-même, ce qui l’est en revanche, et gravement.
 
Ramin Sherjaz, 23 ans, a décidément joué de malchance et d’imprudence dans cette affaire qui allait lui coûter la vie. C’est en 2015 qu’il s’était épris d’une femme mariée. Celle-ci se sépara de son mari pour rejoindre son amant. Mais l’idylle ne devait pas durer : la femme adultère se ravisa et mit fin à la liaison. Sherjaz, dépité, riposta en publiant sur Facebook une photo de lui-même embrassant la jeune femme, et en envoyant des demandes d’ami à celle-ci et à la famille de son ex-mari.
 

Crime d’honneur en Suède : les imprudences d’un musulman

 
La femme, son ex-mari et quatre membres de leur famille devaient aussitôt préparer le crime d’honneur qui s’imposait à leurs yeux. Embusqués dans une voiture sur une place de Gävle, ils se saisirent de l’amant éconduit avant de le battre violemment sur le chemin de Sundsvall où ils l’étranglèrent, laissant le cadavre pour prendre la fuite.
 
Mais l’alerte avait été donnée par un joggeur témoin des hurlements d’un homme alors que des individus cagoulés le kidnappaient avec leur voiture. Les caméras de vidéosurveillance et l’épluchage des échanges informatiques et par téléphone portable permirent à l’enquête – qui a mobilisé une centaine d’officiers de police à travers la Suède, une première pour la police de Gävle – d’être bouclée relativement rapidement, avec une bonne vision des personnes impliquées et de leurs motivations.
 

Six personnes condamnées, dont cinq à vie, pour meurtre

 
La complicité des six accusés a été établie par la cour de Gävle qui dans son verdict, a qualifié le meurtre de « crime d’honneur » prémédité. On peut être certain qu’au moins trois des meurtriers n’étaient pas de nationalité suédoise puisque le ministère public a demandé leur déportation, peine accordée seulement pour l’un d’entre eux, celui qui a été condamné à 14 ans de prison seulement, étant âgé de moins de 21 ans au moment des faits. La femme, son ex-mari et les trois autres accusés ont été condamnés à la prison à vie.
 
Pour un pays où l’on favorise la « réinsertion » des criminels, ce sont des peines exceptionnellement lourdes. Les mœurs d’importation ne plaisent décidément pas, en Suède.
 

Anne Dolhein