fbpx

Le dernier dompteur anglais interdit de cirque avec ses deux lions et son tigre

Dernier Dompteur Anglais Interdit Cirque Lions Tigre
 
Thomas Chipperfield, dernier dompteur anglais de lions et de tigres à se produire dans un cirque n’a pu renouveler son permis d’exercer. A la demande des associations spécialisées, l’exhibition des animaux sauvages dans des cirques sera interdite en 2020.
 
James Chipperfield, l’ancêtre de Thomas, montrait déjà des animaux sauvages à Londres en 1684, et le cirque Chipperfield a sans doute atteint son apogée vers 1950 : il offrait alors six mille places à son public et la ménagerie comportait des ours blancs et des chimpanzés. Le dompteur de lions et de tigres, un Chipperfield bien entendu, n’était qu’une attraction parmi d’autres. Les temps ont bien changé et Thomas entretient ses deux lions et son tigre dans un petit champ dans le Staffordshire. Et il se bat depuis deux ans avec l’administration pour récupérer le droit de montrer ses fauves dans un cirque. En vain. Il vient d’être débouté. Les grands félins seront les premiers interdits de cirque, avant le reste des animaux sauvages.
 

Les deux lions et le tigre ne mangeront pas le dernier dompteur

 
Les lois sont diverses à ce sujet dans le Royaume-Uni mais la tendance générale va vers l’interdit. C’est déjà fait en Ecosse. En Angleterre ne circulent plus que deux cirques montrant des animaux sauvages, le cirque Mondao et le cirque Peter Jolly, mais ils n’ont pas de fauves.
 
Le Defra (department or environment, food and rural affairs) a retiré une première fois son permis il y a plus de deux ans au dompteur après qu’il eut jugé ses installations trop exiguës. L’association ADI (Animal Defenders International) prétend que cela donne aux deux lions et au tigre un « comportement anormal ». Chipperfield a fait des aménagements, jugés insuffisants. Il répond qu’il fait tout pour eux et qu’on ne saurait maltraiter deux lions et un tigre, car « à la fin ils vont s’apercevoir qu’ils sont beaucoup plus forts, prompts et dangereux que vous, et ça ne peut que mal se finir ». Il semble qu’il connaisse son sujet. Au moins, il met sa peau au bout de ses idées.
 

May interdit les animaux sauvages dans les cirques anglais

 
Le dompteur mène un combat d’arrière garde, perdu d’avance. Sa dernière apparition dans un cirque, au pays de Galle, en 2015, où la loi était encore très libérale, a donné lieu à un scandale public soutenu par les amis des animaux. Depuis, le pays de Galle entend modifier sa loi.
 
L’opinion britannique semble à fond contre les numéros de dompteurs de lions et de tigres. Un sondage produit par le gouvernement britannique assure que 94,5 % du public en souhaiterait l’interdiction totale, ce à quoi Theresa May s’est engagée. Ainsi le veut la nouvelle morale mondiale. Bombarder la Syrie, avorter, changer de genre, c’est bien ; faire faire des tours aux lions et aux tigres, c’est mal.
 

Pauline Mille