Les élections régionales influent sur les sondages pour la présidentielle de 2017

Elections régionales sondages présidentielle 2017

Selon une étude TNS Sofres, la présidentielle de 2017 serait largement remportée par Nicolas Sarkozy ou Alain Juppé.


 
Les élections régionales sont à peine terminées que l’on assiste, front républicain oblige, à une série d’analyses et de sondages pour l’élection présidentielle de 2017. Le moins que l’on puisse dire est que leur lecture donne une piètre idée de la capacité d’analyse de ceux qui les organisent, manifestement sans aucun recul…
 
En effet, le fait que le scrutin des 6 et 13 décembre n’ait, en réalité, pas permis de faire émerger un véritable vainqueur, a vraisemblablement poussé les esprits à se tourner vers 2017. Mais ces sondages-réaction paraissent n’avoir guère de réalisme, qui voient Alain Juppé dominer le classement, et Marine Le Pen se perdre dans les dernières places.
 

Les élections régionales influent sur les sondages

 
Si l’on en croit un sondage diffusé sur BFMTV, Alain Juppé dominerait largement le classement, avec 60 % d’opinions favorables pour une candidature en 2017, loin devant François Bayrou (43 %), François Fillon (41 %), Manuel Valls (40 %). Suivent ensuite Marine Le Pen, Nathalie Kosciusko-Morizet, Cécile Duflot et Nicolas Sarkozy.
 
Evidemment, les sondages se suivent et ne se ressemblent pas tout à fait, même si une tendance semble se dégager. Ainsi, pour Harris, dans l’hypothèse d’une candidature Alain Juppé et de l’absence de candidature de François Bayrou (celui-ci ayant indiqué qu’il soutiendrait le maire de Bordeaux), Juppé obtiendrait 29 % des voix, Marine Le Pen 27 % des voix et François Hollande 22 %.
 
Dans l’hypothèse d’une candidature de Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen obtiendrait 27 % au premier tour devant Nicolas Sarkozy et François Hollande qui seraient tous deux à 21 %.
 
C’est bien là que l’on voit la fausseté du système des sondages. D’abord parce que, en l’occurrence, ils sont réalisés au lendemain du second tour des élections régionales, alors que celui-ci a d’ores et déjà exacerbé les passions.
 

La présidentielle de 2017 se détermine-t-elle dans l’isoloir ?

 
Ensuite, il paraît pour le moins délicat de mettre sur le même plan François Bayrou, Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen et François Hollande, comme si ceux-ci étaient à égalité dans l’esprit des électeurs. Il va tout de même de soi qu’il est extrêmement difficile de juger en fonction de ce que les électeurs de gauche pensent de Marine Le Pen, ou ceux de Sarkozy. Il va de soi, et l’opération front républicain, malgré ses faiblesses, a bien fonctionné à cet égard, que l’intention de vote reflète, au niveau des sondages, ce que les media modèlent semaine après semaine sur cette question. Autant demander, en réalité, à un Américain du sud ce qu’il pense de la crise migratoire en France…
 

François le Luc