Elizabeth Stephens, professeur d’université à UC Santa Cruz,
prône l’écosexualité

Elizabeth Stephens professeur université prône écosexualité UC Santa Cruz

L’Université de Californie à Santa Cruz annonce « Ecosex Walking Tour » qui a eu lieu du 14 au 17 juin 2017.


 
Il s’agit, au nom de l’art et de la planète, de faire l’amour avec la Terre. C’est une activité qu’elle recommande chaleureusement à tous depuis quatre ans. Cet été, Elizabeth Stephens a organisé une randonnée où les participants pouvaient apprendre 25 manières d’arriver à l’extase avec la Terre.
 
Professeur titulaire de la chaire d’art (inutile de préciser qu’il s’agit d’art contemporain), Stephens prêche l’amour « fou, passionné, violent » avec la planète : nous sommes tous des aquaphiles, des teraphiles, des pyrophiles, des aérophiles, assure-t-elle : « Sans honte, nous embrassons les arbres, nous massons la terre avec nos pieds et nous adressons en langage érotique aux plantes… Nous sommes des adorateurs du soleil… nous admirons les courbes de la Terre. Nous sommes très sales. »
 
Politique ou culturel, son « art » veut créer des écosexuels.
 
Toute ressemblance avec le paganisme et le panthéisme et ses cérémonies est évidemment délibérément recherchée.