fbpx

Les embryons congelés ont autant de chances de se développer lors d’une FIV que les embryons « frais » – très peu !

embryons congelés chances développer FIV frais
 
Une étude à paraître très prochainement dans The New England Journal of Medicine affirme même que la technique de la cryo-conservation a un peu plus de chances d’aboutir à une grossesse après une procédure de fécondation artificielle.
 
Menée par des chercheurs australiens et vietnamiens, l’étude portait sur près de 800 femmes infertiles ayant eu recours à une PMA. Le Pr Ben Mol de l’université d’Adélaïde estime que c’est une « nouvelle très importante » pour toutes les femmes ayant du mal à concevoir : « Notre découverte clef est que le fait de congeler des embryons en vue de la FIV ne porte pas atteinte aux chances d’un couple d’avoir un bébé. »
 
Les résultats n’en sont pas moins désastreux en termes réels puisque seuls 35 % des embryons « frais » implantés se sont développés normalement, contre 36 % des embryons congelés : le taux de mortalité est phénoménal.
 
Tout au plus la technique de congélation permettrait-elle de conserver les embryons surnuméraires obtenus lors d’une stimulation ovarienne pour des tentatives d’implantation ultérieures. Maigre consolation face à la perspective de voir de plus en plus d’embryons fabriqués pour être conservés dans ce que le professeur Lejeune appelait « l’enceinte concentrationnaire » : ce grand froid où le temps et la vie sont suspendus.