fbpx

Le déficit budgétaire 2017 des Etats-Unis est le sixième plus élevé de l’histoire

Etats Unis déficit budgétaire
 
Le département du Trésor des Etats-Unis a annoncé le niveau de déficit budgétaire pour l’année fiscale 2017 (du 1er octobre 2016 au 30 septembre 2017) : 666 milliards de dollars, soit 3,5 % du PIB. C’est 80 milliards de plus qu’en 2016 même si c’est 36 milliards de moins que ce qui était prévu il y a encore six mois. Certains opposants à Donald Trump, pourtant pas forcément très portés sur la religion, ne peuvent s’empêcher de voir dans ce chiffre une marque du diable. Ils oublient cependant que le budget 2017 avait été voté sous la présidence de Barack Obama. Le déficit budgétaire a certes été aggravé, notamment par la hausse des dépenses militaires voulue par le nouveau président américain, mais si les dépenses du budget fédérales ont atteint 3,98 billions de dollars pour des recettes de 3,32 billions, c’est d’abord à cause de l’augmentation enregistrée par des postes budgétaires qui ne peuvent être changés qu’avec une réforme structurelle votée par le Congrès, et non sur décision du pouvoir exécutif : dépenses de sécurité sociale, programmes Medicare et Medicaid et remboursement des intérêts de la dette publique.
 

Le déficit budgétaire des États-Unis n’est qu’une partie du problème

 
Mais attention, il ne s’agit ici que du déficit du budget fédéral des États-Unis, et non du déficit global des finances publiques américaines. Malheureusement pour Donald Trump, l’establishment chassé de la Maison Blanche aux dernières élections lui a laissé en héritage 30 ans d’accumulation de dette et de politique fiscale révolutionnaire. Sa promesse de réduire les impôts pourrait donc bien se transformer en un « bain de sang fiscal » dès cet automne, à en croire les prévisions de David Stockman, directeur du Bureau de la gestion et du budget sous Ronald Reagan. D’autant que la dette publique fédérale de 20 billions de dollars affichée par le compteur de la dette pourrait bien être très éloignée de la réalité, car elle ne prend pas en compte d’importants engagements financiers hors-budget. Selon certains économistes, la vraie dette nationale des États-Unis serait dix fois plus élevée ! Et de toute façon, même si l’on s’en tient aux seuls postes du budget fédéral, la part des dépenses fixes permet de supposer que le déficit budgétaire du gouvernement des Etats-Unis dépassera régulièrement le billion de dollars dans les années à venir.
 

Pas d’amélioration en vue tant que les politiques feront mine de compter sur la croissance économique pour résoudre le problème des déficits publics

 
Le problème, c’est l’absence de volonté politique pour aborder le problème de manière structurelle, aussi bien au Congrès que dans l’administration de Donald Trump. Tous, à commencer par le secrétaire du Trésor Steven Mnuchin, comptent en effet, comme en Europe, sur la mythique accélération de la croissance économique pour combler les déficits. Et pourtant, même avec les niveaux de croissance actuels compris entre 2 et 3 %, les recettes augmentent à un rythme annuel de 1 % tandis que les dépenses augmentent de 3 %. On voit mal dans ces conditions comment plus de croissance économique pourrait réduire le déficit budgétaire. Dans le meilleur des cas, cela ralentira le rythme de son augmentation, mais le gouvernement des Etats-Unis continuera d’accumuler toujours plus de dettes.
 

Olivier Bault