Aux Etats-Unis aussi, on dit que l’islam a façonné la culture

Etats Unis islam culture

Stephen Decatur embarquant sur une canonnière tripolitaine lors du bombardement de Tripoli, le 3 août 1804
(Dennis Malone Carter, XIXe siècle)


 
L’islam comme élément fondateur de la culture européenne : cela fait longtemps qu’on nous prêche cette baliverne. Mais si l’Europe a en effet été partiellement sous la coupe des mahométans – se définissant d’ailleurs plutôt par son opposition à l’islam que par rapport à son influence – il est plus difficile d’en dire autant des Etats-Unis. Eh bien, il s’est tout de même trouvé des médias pour affirmer que l’islam a façonné la culture américaine et fait partie de ses valeurs fondatrices. En l’occurrence, la chaîne CNN a emboîté le pas au politiquement correct.
 
C’est dans le cadre d’une série d’émissions consacrées à la « diversité » que W. Kamau Bell s’est penché sur les communautés musulmanes et arabes pour montrer qu’elles font partie intégrante de l’Amérique, histoire de faire admettre une croissante présence islamique aux Etats-Unis. Cet épisode de United Shades of America (« Teintes unies d’Amérique ») correspond parfaitement au ton le plus souvent gauchisant de la série, clairement opposé à l’actuel président des Etats-Unis.
 

Aux Etats-Unis, on essaie de montrer que l’islam est américain

 
Son traitement de l’islam est le plus évidemment idéologique, faisant fi de la réalité et cherchant à faire croire que la religion du croissant a été présente sur le sol américain depuis les premières vagues d’émigration vers le nouveau continent.
 
« L’islam a toujours fait parti du tissu américain », y proclame un musulman vivant à Détroit – et filmé lors d’une réunion anti-Trump où Bell l’interviewait. « Beaucoup de gens pensent que l’islam vient d’un pays étranger, ou qu’il s’agit d’une religion étrangère. Il n’en est rien : l’islam est très américain », affirme le jeune homme que Bell, séduit, compare à Barack Obama. Il poursuit en dénonçant les discours violents qui ont cours en Amérique aujourd’hui, précisant qu’il ne s’agit pas de celui des islamistes…
 
La référence à Obama est délibérée. Dès 2009, le 44e président des Etats-Unis affirmait sans rire : « L’islam a toujours fait partie de l’histoire de l’Amérique. » Les preuves qu’il avançait étaient bien faibles : « La première nation à reconnaître mon pays a été le Maroc », expliquait-il. Il citait également le traité de Tripoli… par lequel les Etats-Unis acceptaient de payer une rançon aux pirates musulmans ayant kidnappé des Américains.
 

La culture islamique aux Etats-Unis ? Elle n’a laissé aucune trace…

 
CNN va plus loin, appuyant ses dires sur le fait que dès le temps de la traite des Noirs, de nombreux esclaves amenés d’Afrique étaient musulmans. Ainsi le correspondant de CNN Dean Obeidallah a pu dire récemment que « l’islam a été ici depuis le temps de l’esclavage, parce que 10 à 15 % des esclaves africains étaient musulmans. Et donc l’islam était ici avant la création des États-Unis. L’islam faisait en réalité partie de la création des États-Unis d’Amérique. » La série United Shades of America revoit pour sa part le pourcentage, affirmant que 25 à 30 % des esclaves noirs venaient de zones comportant essentiellement des populations musulmanes.
 
Il va de soi qu’il n’est pas question de la manière dont s’est faite la traite des Noirs à laquelle ont largement participé des chefs musulmans africains qui en tiraient des revenus confortables.
 
Mais s’il est vrai qu’une minorité des esclaves amenés d’Afrique sont arrivés musulmans, il n’ont pas du tout conservé leur religion et leurs descendants ignorent en général tout, non seulement de l’ancienne religion de leurs aïeux, mais du fait que ceux-ci aient pu être un jour musulmans.
 

Aux Etats-Unis le mythe de l’islam fondateur s’appuie sur… Mohammed Ali

 
Quant à l’islam en tant que tel, il est introuvable dans les actes et les documents des Pères fondateurs. On n’en trouve pas trace, même sous forme édulcorée ou adaptée, dans la pratique religieuse des Américains de l’époque, qu’ils fussent blancs ou noirs. A moins qu’il ne faille retenir ceci : dès 1786, Jefferson a réagi au fait que des Américains étaient capturés par les « pirates de Tripoli » en renforçant et en déployant les « Marines » des tout débuts pour sauver ces chrétiens dont le légat musulman avait déclaré à Londres qu’ils étaient des « proies légitimes pour les pirates » en tant qu’incroyants pécheurs.
 
Comme le récit révisionniste de CNN reste bien faible, le réalisateur s’échine à expliquer que les Américains ont « toujours eu des héros musulmans ». Et de citer Mohammed Ali, le boxeur, Kareem Abdul-Jabbar, le basketteur, et Malcolm X, le suprémaciste noir converti à l’islam – tous actifs après 1960.
 
Ça va – si on a la mémoire très courte.
 

Anne Dolhein