fbpx

Pakistan : l’évêque d’Islamabad dénonce le « silence coupable » des autorités musulmanes

eveque Islamabad silence coupable autorites musulmanes
 
Le 4 novembre dernier, Shahzad Masih, 26 ans, et sa jeune épouse enceinte de 24 ans, tous deux parents de quatre autres enfants, avaient été lapidés et brûlés vifs dans un four à briques, dans l’est du Pakistan. Ils ont été sauvagement assassinés par une foule de musulmans après qu’un musulman ait affirmé que la jeune chrétienne avait brûlé les pages d’un Coran.
 

La condamnation de Mgr Rufin Anthony

 
Monseigneur Rufin Anthony, évêque d’Islamabad, a dénoncé le silence coupable des autorités musulmanes qui n’ont pas condamné fermement ce qu’il a appelé « le pire crime motivé par des convictions religieuse de l’histoire du Pakistan ».
 
Il a affirmé que les exécutions sommaires de personnes appartenant à des minorités religieuses et accusées de blasphème au Pakistan se faisaient avec leur complaisance et parfois même leur approbation.
 

Le « silence coupable » des autorités musulmanes

 
« Dans le passé », a-t-il affirmé, lorsque des miliciens se sont saisis eux-mêmes de la loi contre le blasphème, « les chefs religieux se sont soigneusement abstenus de prononcer des mots de condamnation. En réalité, ils ont pratiquement encouragé les vendettas personnelles ».
 
Il a également affirmé que « si des mesures appropriées avaient été prises dans le passé, cette barbarie aurait pu être évitée ».