Facebook lance la réalité augmentée… qui lui permettra d’en savoir plus sur vous pour mieux cibler la publicité

Facebook réalité augmentée publicité

Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, à l’ouverture de la conférence annuelle pour les développeurs d’applications (F8) organisée par le groupe à San José en Californie, le 18 avril 2017.


 
Le milliard d’abonnés actifs à Facebook commençait à se lasser : le nombre de leurs « partages » subit une légère baisse. Aussi le patron de la plateforme, Mark Zuckerberg, met-il beaucoup d’espoir dans l’introduction d’une fonction de réalité augmentée qui va permettre à la fois aux abonnés de modifier à leur guise les images que capte leur appareil, mais aussi à Facebook de cerner d’encore plus près leur personnalité. « Vous allez pouvoir littéralement vous introduire dans votre appareil et y glisser des effets à volonté : des masques, des cadres artistiques, des modifications de style », a lancé Zuckerberg lors de sa conférence annuelle des développeurs, mardi. « Et cela ne se limitera pas à quelques options, on aura à disposition des milliers d’éléments » permettant « d’augmenter la réalité » des photographies ou vidéos qu’on aura prises. On pourra ainsi ajouter une note sur une photographie représentant un menu, destinée à un ami invité à visiter tel restaurant ; ou bien saupoudrer une fête de confettis ; ou encore transformer un bar en aquarium. Ce sera plus sophistiqué que les géofiltres de Snapchat car ce système permettra de dissimuler des éléments pour laisser à vos amis le soin de les trouver. Mais de l’autre côté du miroir, les développeurs de Facebook disposeront de données très précises sur vos images. Et lucratives.
 

Facebook va identifier vos objets personnels pour fournir le marché de la publicité

 
Car, derrière ces tours de passe-passe, se cache une autre manipulation plus inquiétante. Facebook dispose d’ores et déjà d’un des logiciels de reconnaissance des plus sophistiqués qu’il a mis à disposition de ses développeurs. Si vous filmez une tasse de café, Facebook sera capable de le détecter et de proposer différentes images de synthèse ou effets spéciaux basés sur sa forme : décoration, duplication… les options sont illimitées. Or cette séduisante fonctionnalité va permettre à Facebook de s’accaparer une quantité d’informations sur votre vie privée. Ou tout du moins sur la part de votre vie privée qu’en toute inconscience vous aurez accepté de livrer au Moloch d’internet. La firme californienne verra en outre la pièce dans laquelle vous vous trouvez et identifiera les objets qui vous accompagnent, depuis la bouteille de soda jusqu’aux décorations. Pour quoi faire ? Evidemment pour sélectionner des publicités vous correspondant, après avoir mouliné ces données par de gigantesques algorithmes.
 
Cette réalité augmentée va aussi aller dans l’autre sens. Les développeurs de Facebook pourront introduire des notes informatives dans les images du monde réel que vous aurez captées. « Vous visitez le Colisée à Rome ?, explique Zuckerberg : votre téléphone va pouvoir vous informer sur l’histoire et la structure du bâtiment ». Un vrai miracle, s’extasie le chroniqueur Michael Nunez sur gizmodo.com : « Imaginez pouvoir placer une note sur quasiment tous les objets existants pour que vos amis (ou d’autres) puissent la lire plus tard ! » Mais Facebook aussi saura, en retour, tout ce qui vous attire. On n’a rien sans rien.
 

Des objets digitaux pour créer une « réalité augmentée » : « mieux » que Pokemon Go

 
Notre journaliste s’esbaudit encore devant la capacité qu’aura Facebook d’ajouter des objets digitaux dans les représentations du monde réel. « Mieux que le Pikachu du Pokemon Go, le développeur de la firme pourra ajouter à peu près tout ce qu’il voudra », écrit-il : « Et d’une bien plus grande variété que ce qu’offre les World Lenses de Snapchat. Votre monde réel va être “magique” ». Et Facebook continuera d’en savoir toujours plus sur vous, vos lieux et vos désirs.
 
Reste à séduire le marché. Le développement complet de ces systèmes reste à venir et « votre expérience ne va pas changer radicalement d’un jour à l’autre », a reconnu Zuckerberg. De plus, une précédente tentative de réalité augmentée, celle des Google Glasses, s’est traduite par un splendide échec commercial. Facebook risque d’être confronté aux mêmes difficultés pour faire passer dans le grand public ses effets photographiques ou vidéo. D’autant qu’en la matière, Snapchat a pris l’initiative et que, pour avoir voulu le copier, Facebook s’était attiré les sarcasmes du milieu.
 

Matthieu Lenoir