fbpx

La canonisation de Francisco et Jacinta Marto par le pape François aura lieu le 13 mai à Fatima

Fatima canonisation Francisco Jacinta Marto pape François 13 mai
 
C’est l’aboutissement d’un procès qui aura duré 65 ans : la cause pour la canonisation des deux plus jeunes voyants de Fatima a été introduite le 30 avril 1952. Le 13 mai prochain, le pape les portera sur les autels comme saints de l’Eglise catholique. Lorsque la nouvelle est tombée, jeudi matin, à l’issue du consistoire ordinaire public à Rome, les cloches ont joyeusement sonné dans la Cova de Iria au Portugal.
 
Aussitôt, le recteur du sanctuaire, le P. Carlos Cabecinhos, a organisé des prières d’actions de grâces avec les pèlerins présents à la chapelle des apparitions.
 
« Demandons, dans cet endroit si spécial, la chapelle des apparitions, l’aide de Notre Dame pour que nous sachions imiter l’exemple des deux futurs saints Francisco et Jacinta Marto », a-t-il dit avant d’entonner l’hymne des Pastoureaux.
 
L’exemple de sainteté donné par ces enfants est exceptionnel. Prêts à donner leur vie – alors qu’on les avait menacés d’être plongés dans l’huile bouillante – plutôt que de renier leur témoignage des visions qu’ils avaient eues de la Sainte Vierge, ils ont aussi pratiqué les vertus avec héroïsme jusqu’à leur mort précoce, multipliant les sacrifices et acceptant avec une patience amoureuse les souffrances que leur infligeait la maladie.
 

L’annonce de la canonisation de Francisco et Jacinta Marto, cause d’une joie « indescriptible » selon l’évêque de Fatima

 
Leur jeune âge a constitué un obstacle certain au procès de béatification, puis de canonisation déclenché peu après le transfert de leurs restes mortels dans la basilique de Fatima en 1952. Pour les plus jeunes, on ne retient généralement que le martyre. En l’occurrence ils y avaient été prêts…
 
Le miracle exigé pour la canonisation du frère et de la sœur a été approuvé le 23 mars dernier.
 
La Conférence épiscopale du Portugal a fait savoir son « immense joie » devant la nouvelle de la canonisation rapide, au lieu même où les Pastoureaux ont vu Notre Dame, et marquant le centenaire des apparitions de 1917. « On n’insistera jamais assez sur la vocation universelle à la sainteté », a souligné le porte-parole des évêques portugais. Le communiqué des évêques précise : « Que l’exemple de la vie de François et de Jacinta Marto, désormais présentés à toute l’Eglise comme des modèles et des intercesseurs de sainteté, contribue à nous faire vivre de manière plus intense le message que Notre Dame du Rosaire nous a donné à Fatima ».
 

Le pape François canonisera deux enfants, intercesseurs pour l’Eglise

 
L’enquête diocésaine sur la vie des deux futurs saints de l’Eglise a duré 25 ans au Portugal, s’achevant à un mois d’intervalle en 1979 ; c’est en 1981 que la Congrégation pour la cause des saints a tenu une session plénière spécialement consacrée à la question de savoir s’il est possible de canoniser des enfants non martyrs, débat motivé par l’introduction du procès de canonisation à Rome. La session s’était achevée sur un vote positif unanime.
 
Huit ans plus tard, le 13 mai 1988, le pape Jean-Paul II signait le décret sur l’héroïcité des vertus des deux enfants. La guérison d’une femme portugaise atteinte de paraplégie attribuée à leur intercession a permis la béatification de Francisco et Jacinta le 13 mai 2000. Le deuxième miracle nécessaire pour l’étape suivante, la canonisation, a bénéficié à un enfant brésilien, guéri d’une affection grave de manière « rapide, complète, durable et scientifiquement inexplicable ».
 
La vie des enfants de Fatima va à rebours de ce qu’aime notre époque : au service d’un message montrant la terrible justice de Dieu tout en appelant à invoquer sa miséricorde, « surtout pour ceux qui en ont le plus besoin », dénonçant les offenses faites à Dieu et spécialement celles relatives à la vertu de pureté, Francisco et Jacinta ont tout offert et sacrifié pendant leur courte vie pour « consoler Jésus » et obtenir des grâces pour le Saint-Père.
 
Dans la gloire du Ciel, leur intercession est puissante, et tellement nécessaire alors que l’Eglise est dans la confusion !
 

Jeanne Smits