fbpx

Fatima : Marie te confie le secret de son cœur, par Élisabeth Tollet et Jeanne-Marie Storez

Fatima Marie secret coeur Tollet Storez
 
13 mai 2017. Nous fêtons aujourd’hui le 100ème anniversaire de la toute première apparition de la Vierge Marie à Fatima, aux trois pastoureaux du Portugal, Lucie, François et Jacinthe. Beaucoup d’ouvrages, en ce centenaire, qui a vu fleurir une remémoration émue et grave. L’un d’entre eux a retenu notre attention : Fatima: Marie te confie le secret de son cœur, par Élisabeth Tollet et Jeanne-Marie Storez, réalisé à partir d’un travail de Stanislas Muel.
 
Parce qu’il s’adresse à la famille dans son ensemble, enfants et parents par-dessus leurs épaules, et parce que son approche est originale, novatrice : c’est la mise en lumière précise, et quasi inédite, d’une véritable pédagogie mariale qui s’est adressée en 1917 à trois bergers et s’adresse pour le reste des temps, à l’humanité toute entière.
 
Le cardinal Sarah, lui, l’a très bien compris… qui signe la préface et la termine par ces mots : « Je souhaite que ce beau livre soit lu dans les familles pour que le soleil de Fatima brille toujours plus dans les cœurs des enfants et de leurs parents ».
 

« A Fatima, Marie est éducatrice »

 
« Mon idée a été de redécouvrir le cœur même du message. Le texte des apparitions est un véritable diamant ; il faut le désencombrer de tout ce qui l’entoure et le faire briller à la lumière » confiait dans une interview à L’Évangile de la Vie, le « père » de cet ouvrage, Stanislas Muel.
 
Dans Fatima : Marie te confie le secret de son cœur, vous ne lirez ni une nouvelle version du troisième secret, ni une énième discussion sur la réalité pleine et entière de la Consécration de la Russie par le Pape… Les auteurs reviennent au centre du message que la Sainte Vierge a fait passer pour nous, aux pastoureaux de la Cova da Iria.
 
Car « à Fatima, Marie est éducatrice ». Tout ce livre s’inscrit dans cette perspective qui, si elle n’est pas rigoureusement nouvelle, n’a jamais été autant mise en valeur, extraite avec autant de clarté et, j’ose le dire, d’intelligence. Le tableau, à la fois complexe et simple, que dessine progressivement l’ensemble des apparitions de Fatima, celles de l’Ange puis celles de la Vierge, donne à voir un véritable système de redistribution des grâces – destiné à sauver l’Église, le monde, l’humanité.
 

Fatima : Marie te confie le secret de son cœur : un regard sur Fatima renouvelé

 
Dans un style sobre, une présentation très didactique et pourtant personnalisée, aidée et soutenue par les grands dessins lumineux, dans tous les sens du terme, de l’enlumineuse-calligraphe Marie Storez, les deux auteurs déroulent la révélation mariale.
 
Dix-huit mois, neuf apparitions, neuf enseignements distincts qui s’imbriquent et finissent par dévoiler un tableau d’un seul tenant. « Cette méthode est voulue par Dieu ; elle est efficace pourvu qu’on en respecte la progression ».
 
Chaque étape a besoin d’être pénétrée, maturée, faite sienne. A la fin de toutes, des explications, des résolutions, des mises en pratique : les jeunes lecteurs disposent peu à peu leur âme à la mission qu’on leur annonce – les moins jeunes aussi, dont le regard sur Fatima se trouve renouvelé.
 

« Répandre la charité dans tous les cœurs par le Cœur de Marie »

 
Il s’agit de redonner vie au Corps mystique, non qu’il se soit éteint, mais il est affaibli par l’absence de vocations, la perte de la Foi, le trop peu de dévotions et de sacrifices de ses fidèles. On n’ose imaginer l’état du monde, cent ans après ce diagnostic divin de 1917…
 
A Fatima, il n’est plus question, donc, de salut strictement personnel et individuel, du badge de bonne conduite à présenter au Ciel… Il s’agit, beaucoup plus globalement, de sauver le navire ! Et ses occupants… Trop d’âmes se perdent et tombent en enfer, c’est leur salut que la Vierge confie, in extremis, aux âmes fidèles qui veulent bien l’entendre.
 
Et en sauvant ainsi les autres, l’on se sauve évidemment soi-même – n’est-ce pas le geste du Christ sur la Croix ? Car les vertus de religion et de charité, dont l’exercice est expressément demandé par la Vierge (en particulier à travers le chapelet), seront sans nul doute pratiquées, dans ce « cœur à cœur toujours plus abandonné avec Dieu ».
 

« Ouvrir les réservoirs de pardon » et « consoler Notre-Seigneur »

 
« Marie est venue nous confier un secret : elle nous révèle comment obtenir de Dieu le salut des âmes et la paix dans le monde. La mission confiée est enthousiasmante et tous les membres de l’Église sont sollicités ; en échange de notre dévouement, Marie promet une place extraordinaire au Ciel : sur le trône de Dieu Lui-même ».
 
Par nos prières et nos sacrifices, demander pardon pour les pécheurs, à la place des pécheurs, consoler Jésus qui en souffre, se dévouer par là totalement à Dieu. C’est le prix de la conversion des pécheurs et de la paix dans le monde ; la Vierge y ajoute la consécration de la Russie au Cœur Immaculé et la communion réparatrice des cinq premiers samedis du mois.
 
Et par quel sésame miraculeux ? L’intercession de son Cœur Immaculé. C’est par le Cœur Immaculé que les prières et les sacrifices sont portés jusqu’à Dieu et surtout retombent en pluie de grâces de pardon sur les pécheurs. C’est « le canal des flots de grâces qui irriguent le Corps mystique de Jésus, c’est-à-dire l’Église » et le chemin qui nous conduira jusqu’à Dieu, sain(t) et sauf…
 

Pour le salut des âmes et la paix dans le monde

 
« Les auteurs font le pari que les enfants, sans doute plus facilement que les adultes, sont capables d’adhérer spontanément aux aspects qui peuvent sembler trop âpres ou austères dans le message de Fatima et ils ont bien raison », écrit en préface le Cardinal Sarah.
 
« Trop âpres ou austères »… Le monde s’embrase, nous avons de quoi l’éteindre. Les trois pastoureaux ont, grâce à la très pieuse application des demandes de la Vierge, préservé le Portugal de la guerre. Et nous attendrions ?
 
C’était le souci permanent de la Vierge, dans ces révélations privées dont bénéficia Sœur Lucie par la suite : on n’entend pas mon message, on ne fait pas ce que j’ai demandé…. Notre devoir est là : c’est le propos de ce livre – et sa mission. Tout le reste nous sera donné par surcroît.
 
Et une chose est sûre : « A la fin, mon Cœur Immaculé triomphera ».
 

Clémentine Jallais

 
« Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je vous aime, et je vous demande pardon pour tous ceux qui ne croient pas, qui n’adorent pas, qui n’espèrent pas et qui ne vous aiment pas ».