fbpx

DRAME
Faute d’amour ♥

 
Faute d’amour est un drame contemporain russe. Un couple de Saint-Pétersbourg, habitant dans un grand immeuble dans la périphérie forestière et marécageuse de la ville de Pierre le Grand, est dans le processus final de son divorce. Monsieur habite pour l’essentiel chez sa maîtresse, enceinte de ses œuvres, Madame visite très régulièrement son amant. Ils ont déjà tourné la page. Elle se montre beaucoup plus rancunière et agressive que lui, même si, à l’évidence, il n’est pas innocent non plus. Des visiteurs se présentent régulièrement pour acheter l’appartement, dont le prix sera partagé en deux. Pour la Russie, cet immeuble et son environnement sont très corrects, du niveau de la classe moyenne ; le spectateur français pourrait à tort, du fait de la laideur architecturale indéniable de cette barre massive, y voir une HLM.
 
Une querelle résiduelle subsiste toutefois dans ce couple parfaitement d’accord sur tous les autres articles de son divorce : qui aura la garde de l’enfant, âgé de douze ans ? Ce qui est monstrueux est que les deux parents se disputent pour ne pas avoir la garde de l’enfant ! Lui soutient qu’un enfant a avant tout besoin de sa mère ; elle, objecte que dans la construction mentale d’un adolescent masculin, il faut surtout un père…Les parents de Monsieur sont morts, et la mère survivante de Madame est aussi monstrueusement désagréable que dérangée mentalement, et ne voudrait pas non plus de son petit-fils de toute façon. Les deux tombent d’accord, ou à peu près, pour le confier à l’orphelinat. Ca lui fera un bon entraînement pour le service militaire, conclut la mère. L’enfant, qui a entendu évidemment la querelle peu discrète de ses parents, est effondré. Manifestement, ils ne l’aiment pas. D’où le titre, Faute d’amour. Désespéré, il fugue.
 

Faute d’amour, une satire de la société russe et un film très dur

 
La mère finit tardivement par s’apercevoir de la disparition. Le collège s’est inquiété de plusieurs jours d’absence de l’enfant. Elle fait appel à la police. L’inspecteur remplit le formulaire de base, puis lui annonce que la police ne fera rien : soit il s’agit d’une simple fugue, et l’enfant, caché chez un camarade, réapparaîtra dans huit jours, probabilité statistique la plus élevée, et on ne dérange pas la police pour si peu, soit il n’est pas revenu au bout de huit jours, ce qui signifie une mauvaise rencontre entretemps, et la police cherchera son cadavre…Il indique toutefois une organisation civique de recherche des enfants disparus. C’est elle qui effectue les recherches. Les parents peu aimants ne peuvent faire socialement moins que de faire preuve de participation zélée dans ces recherches…
 
Du fait de son sujet et sans aucune violence physique apparente, Faute d’amour est un film très dur. Il y aurait une forme de satire de la société russe, au sens pas toujours bien clair, au-delà des cas manifestes de la police ou des parents indignes. Qu’a voulu dire le réalisateur ? On regrette de ne pas le saisir vraiment.
 

Hector JOVIEN

 
Faute Amour Drame Film