fbpx

POLICIER/DRAME Maryland ♥♥♥


 
Maryland n’est pas un film américain, comme pourrait le faire croire le titre renvoyant à un Etat de l’Est des Etats-Unis, mais un film français d’aujourd’hui, et, chose très rare, à peine croyable, réussi. Maryland est le nom d’une vaste villa, quasi palais, à l’américaine, mais située sur la côte méditerranéenne, où se déroule l’essentiel de l’action. Comment les militaires français, sous-payés, du moins en dehors des primes spéciales pour opérations extérieures, font-ils pour vivre ? Eh bien, certains travaillent au noir dans le gardiennage et la sécurité. Nous en sommes là, comme dans un pays du tiers-monde. Vincent, un de ces militaires, ébranlés psychologiquement par un séjour en Afghanistan, se voit, après la surveillance d’une soirée, confier pour 48 heures la garde de l’épouse européenne d’un riche homme d’affaires chiite libanais et de leur fils. On comprend assez vite que lesdites affaires sont peu claires. Des bandits tentent d’enlever l’épouse et surtout l’enfant, et Vincent fait preuve d’efficacité et de dévouement exemplaires, au-delà du raisonnable ; mais sans illusion sur le père, il fait tout pour protéger un enfant innocent, et une épouse qui l’est certes moins – mais fort belle encore.
 

Maryland : un très bon jeu d’acteurs

 
Maryland est un bon film au rythme lent, qui requiert concentration et patience du spectateur. Mais rien ou presque n’est gratuit. Si l’évident contraste social est rendu, il n’est pas traité de manière caricaturale. Les connexions entre les affaires et la politique sont bien rendues, avec un ministre qui tient de Macron, mais aussi de Valls ou Sarkozy, comme un décalque assez réussi de la réalité. On pouvait craindre des amours ancillaires, traitées grossièrement comme trop souvent, ou une énième variation peu fine sur le militaire fou. Le film sait, au contraire, respecter des distances crédibles, et construire l’image d’un homme qui souffre, mais reste (de justesse) dans la normalité. Le jeu des acteurs est très bon. Relevons seulement que certaines scènes violentes, inhérentes au policier, feront déconseiller ce film, par ailleurs excellent, pour un public sensible ou mineur.
 

Hector Jovien