Le gaspillage faramineux du gouvernement des Etats-Unis

gaspillage gouvernement Etats Unis

Le sénateur républicain de l’Oklahoma, James Lankford.


 
Lorsque les contribuables se plaignent des impôts, ils ont raison, mais souvent ils ne savent même pas à quel point leur argent fait l’objet d’un gaspillage honteux. Ces dépenses somptuaires, inutiles, mal considérées, font l’objet d’enquêtes et de rapports aux Etats-Unis, où Donald Trump, président élu, vient de se distinguer en dénonçant le coût faramineux du jet présidentiel, Air Force One. Le nouveau modèle est en construction, pour un budget de plus de 4 milliards de dollars apprend-on, livraison en 2024. Le tweet de Trump, dont on peut supposer qu’il s’y connaît en jets privés, ne s’est pas fait attendre : « Boeing construit un 747 Air Force One flambant neuf, mais le budget est hors de contrôle, plus de 4 milliards. Annulez la commande ! »
 
« Je crois que Boeing fait un peu son numéro. Nous voulons que Boeing fasse beaucoup d’argent, mais pas autant d’argent », a déclaré Trump, interpellé sur sa sortie, répétant que le montant était « ridicule ».
 

Le gaspillage des Etats-Unis : d’Air Force One au comptage des canards

 
Boeing s’est défendu en indiquant que la flotte présidentielle, qui compte plusieurs appareils, est faite d’avions « militaires complexes » avec une technologie de pointe, et un cahier des charges exigeant.
 
Cela fait bien longtemps que l’on pointe la propension des services des Etats à accepter des devis démesurés – que ce soit pour des crayons de bois ou des boulons – des réceptions ou des avions privatisés…
 
Au-delà des milliards pour l’avion présidentiel, c’est tout un état d’esprit, une certaine forme d’habitude qui est mis au jour aux Etats-Unis.
 
Le sénateur républicain de l’Oklahoma, James Lankford, vient ainsi de publier son deuxième rapport annuel sur le gaspillage gouvernemental, Federal Fumbles. C’est la somme astronomique de 247 milliards de dollars qu’il retient quant à lui, prenant la suite d’un sénateur à la retraite, Tom Coburn, jadis chargé de cette œuvre de salut public.
 

Le gouvernement des Etats-Unis accusé de gaspillage

 
180.000 dollars pour décompter la population des canards, 495.000 pour financer une exposition temporaire sur ce que l’on voyait, entendait et sentait à l’époque médiévale, 1 million de dollars pour l’exposition d’une photographie d’une chute d’eau du Yosemite, partagée en six panneaux, exposés à raison d’un par étage dans un tribunal de Los Angeles, 300 millions de dollars donnés par le Département de la justice aux villes-sanctuaires, où les illégaux ne sont pas poursuivis, pour … combattre le crime. La liste est aussi longue que diverse.
 
Sur le plan politique, le rapport retient 1,7 milliards de dollars donnés par Obama en paiement de rançons à l’Iran.
 
On pourrait lui reprocher d’avoir un a priori politique. Seulement, et au moins sur ce dernier point, Obama a toujours juré n’avoir jamais payé de rançon. La réalité, c’est pourtant que ce paiement a bien eu lieu. Pour rien alors !
 

Anne Dolhein