fbpx

Les hivers froids prouvent le réchauffement climatique !

Hivers froids Réchauffement climatique
 
Il fallait oser. Si on gèle en hiver et que glace et neige viennent refroidir le globe comme jamais, c’est à cause du réchauffement climatique. Des chercheurs de l’université de Tokyo et de l’Institut national japonais de recherche polaire ont utilisé une modélisation informatique complexe – la plus complexe jamais réalisée – pour expliquer que les hivers froids résultent de la fonte de la glace arctique.
 
Explication des chercheurs : après la fonte de la glace maritime, l’eau exposée absorbe la chaleur qui est restituée à l’air ; de ce fait la circulation des courants aériens est ralentie. S’ensuit un « blocage » qui renvoie l’air froid sur l’Europe et l’Asie septentrionale et l’y fait rester plus longtemps.
 
Bref – selon cette étude publiée dans Nature Geoscience – chaud = froid et montée globale de la température rime avec hiver glacial.
 

Le réchauffement climatique engendre les hivers froids, et réciproquement

 
Curieusement, ces hivers glaciaux ne semblent pas avoir d’impact quant à eux puisque les chercheurs annoncent des hivers froids pour les décennies à venir – puis un réchauffement généralisé suivra la fonte totale de la calotte arctique. Les partisans du réchauffement climatique s’empressent d’expliquer que le processus peut sembler « contre-intuitif » mais en même temps ils interprètent toutes les données, fussent-elles totalement contradictoires, dans le même sens.
 
Quid en effet de l’augmentation de l’emprise des glaces dans l’Antarctique ? Quid de la baisse moyenne du réchauffement de surface avoué par les partisans du réchauffement eux-mêmes ? Là encore, il ne faudrait surtout pas – disent-ils – en tirer des conclusions hâtives : l’Arctique continue de se réchauffer rapidement, disent-ils.
 
L’important est bien de tout interpréter dans un seul sens, avec une belle dose de certitude. Quitte à déclarer, sans rire, que le changement climatique est un processus « complexe ». Que tout ne soit pas prévisible, loin s’en faut, les variations des chercheurs eux-mêmes l’indiquent pourtant.