fbpx

Etiquetage obligatoire des produits de Cisjordanie : Israël suspend ses relations avec les instances de négociation de paix de l’UE

Israël relations instances paix UE étiquetage obligatoire produits Cisjordanie
 
A la suite de la décision de l’Union européenne de rendre obligatoire l’étiquetage des produits israéliens en provenance des colonies juives des territoires occupés de Cisjordanie, Israël a annoncé dimanche qu’il suspendait tous contacts avec les instances de l’Union européenne impliquées dans les efforts de paix avec les Palestiniens –mais non avec les émissaires des pays membres de l’UE. Le 11 novembre dernier, l’Union européenne a édicté de nouvelles recommandations quant à l’étiquetage des produits israéliens fabriqués dans les territoires occupés. Si l’UE argue d’un ajustement technique, Israël qualifie cette décision de « discriminatoire ».
 
L’UE se fonde sur un fait historique aux conséquences bien réelles aujourd’hui : les territoires occupés depuis 1967, à l’issue de la Guerre des Six Jours, à savoir la Cisjordanie, Jérusalem-Est et le plateau du Golan, ne font pas partie des frontières d’Israël reconnues internationalement. Par conséquent, tous les produits fabriqués sur ces territoires ne peuvent porter la mention « Fabriqué en Israël », frappés qu’ils sont d’illégalité par le droit international aux yeux de l’Union Européenne.
 

Un étiquetage en forme de représailles pour Israël

 
Même si l’ambassadeur de l’Union européenne souligne que l’étiquetage n’est autre qu’une « indication de l’origine, et non une mention d’avertissement », Israël y voit une manœuvre supplémentaire de boycott à son encontre, affectant les producteurs de produits agricoles, d’huile d’olive ou encore de cosmétiques. Ceux-ci ont d’ailleurs déjà commencé à réorienter la commercialisation de leurs produits, notamment vers la Russie et l’Asie pour contourner la nouvelle obligation européenne qui s’applique aux 28 Etats membres. Toutefois, les produits concernés ne concernent qu’une infime partie —200 à 300 millions de dollars— des quelque 30 milliards de dollars que représentent les échanges commerciaux entre Israël et l’Union européenne.
 

Israël s’enfonce dans une logique d’isolement

 
La décision a été prise dans un contexte de violence accrue de la part des Palestiniens à l’encontre de la population israélienne, deux personnes ayant été poignardées dimanche. Depuis la reprise des tensions entre Israéliens et Palestiniens au mois de septembre dernier, ce sont quelque 19 Israéliens et 97 Palestiniens qui ont été tués. Israël accuse les Palestiniens d’être incités à la violence par les réseaux sociaux, alors que les Israéliens sont accusés de frustrer leurs assaillants qui ne voient aucun espoir d’obtenir leur indépendance tant politique que diplomatique.
 
L’isolement diplomatique d’Israël se poursuit.
 

Nicklas Pélès de Saint Phalle