fbpx

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker se fout intégralement d’être critiqué sur la question du Brexit

Juncker Brexit fout intégralement Président Commission européenne
 
Le président de la Commission européenne se fout intégralement d’être critiqué pour avoir lancé un avertissement catastrophiste aux partisans du Brexit à l’approche du referendum du 23 juin. Jean-Claude Juncker, qui s’exprimait devant l’Association de la presse présidentielle française à Paris, marque bien ainsi que l’expression démocratique n’est que de peu de poids, dans l’Union européenne, face à l’idéologie.
 
« A chaque fois que je m’exprime sur des débats intérieurs, on me dit que je n’aurais pas dû le faire, et à chaque fois que je ne m’exprime pas sur les grands sujets européens lorsqu’ils sont devenus nationaux, on me critique de n’avoir rien dit », a déclaré Jean-Claude Juncker pour justifier son choix de faire comme bon lui semble. Et d’ajouter : « A vrai dire, je m’en fous intégralement ! »
 

Le président de la Commission européenne se fout intégralement d’être critiqué sur la question du Brexit

 
« Cela reflète non seulement la position de la Commission mais d’autres gouvernements », a-t-il poursuivi.
 
Ainsi se fout-il qu’on n’apprécie ou non les menaces qu’il a adressé, par exemple, il n’y a pas deux semaines, aux partisans du Brexit, auxquels il a promis que l’Union européenne mènerait la vie dure au Royaume-Uni s’il venait à la quitter.
 
Mais pour qui se prend ce sinistre olibrius ? Se croit-il vraiment au-dessus tout à la fois des lois et de la démocratie ?
 
Pour justifier son arrogante démarche, Jean-Claude Juncker évoque l’idée d’une Europe utile, efficace. Dans cette perspective – un peu tardive, n’est-ce pas ? –, le président de la Commission européenne essaye de caresser la France dans le sens du poil. L’évoquant comme « un acteur exemplaire », il lui suggère de se démarquer de Berlin, à l’heure où, justement, Angela Merkel et François Hollande semblent vouloir relancer le moteur franco-allemand. « Pourquoi faudrait-il une initiative franco-allemande ? Pourquoi une initiative française ne serait pas la bienvenue ? », s’est-il interrogé. « Si la France agissait seule, elle pourrait dire tout ce qu’elle pense… »
 
La démarche est pour le moins curieuse. Juncker, qui reproche aux Etats-membres, leur repli nationaliste, invite néanmoins Paris à une démarche singulière. Peut-être parce que, quoi qu’on en pense par ailleurs, le moteur franco-allemand pourrait prendre trop d’importance. La communauté des pays vise en effet diminuer leur singularité nationale ; pas à renforcer leur emprise.
 

La schizophrénie de Jean-Claude Juncker

 
Mais ce n’est pas le seul aspect étrange du discours de Jean-Claude Juncker. Qu’on en juge ! Evoquant le désamour des Européens dans leur ensemble pour Bruxelles, le président de la Commission affirme : « Si les Européens se sont éloignés de l’Europe, c’est parce que nous n’avons pas su répondre à leurs principales préoccupations, alors qu’ils ont payé un lourd tribut à la pire crise financière, économique et sociale que l’Europe a connue depuis la Deuxième Guerre mondiale. »
 
C’est vrai. Mais qui en porte la responsabilité ? Juncker serait-il schizophrène ?
 
De fait, les belles paroles lancées aux maires de France ne sauraient compenser une politique bruxellois qui ruine, peu à peu, l’ensemble des Français – pour ne parler que de nous.
 
L’homme n’en a cure. Il poursuit : « Il est devenu urgent de recréer un lien de confiance entre l’Europe et ses citoyens. Et pour cela de belles paroles ne suffiront plus. »
 
Se rend-il compte que, en s’exprimant ainsi, il se condamne lui-même ?
 

François le Luc