fbpx

Un repas du Seigneur partagé par catholiques et protestants en Allemagne débouche sur un appel à la communion de tous à la messe catholique

Messe repas Seigneur communion catholiques protestants
 
Dans le diocèse de Stuttgart-Rottenburg en Allemagne, c’est à l’initiative d’un théologien catholique (?) Theodor Pindl, que quelque 2.000 personnes ont assisté à un grand « repas du Seigneur » pour partager le pain et le vin (et du jus de fruits pour les enfants). Objectif : partager de manière hospitalière et ouverte une communion célébrant la Dernière Cène. Assitaient au repas des chrétiens catholiques et protestants, avec notamment des religieuses catholiques, des théologiens et des travailleurs pastoraux.
 

Messe ou « repas du Seigneur » pour catholiques et protestants ?

 
Le groupe « L’Eglise invite » ne s’est pas arrêté là. Lors de l’événement, une invitation de prêtres catholiques aux protestants afin que ceux-ci participent à la sainte messe pour y recevoir l’Eucharistie a été présenté comme le « message principal », afin de dépasser la « séparation » qui existe depuis la réforme. Le P. Hermann Riedle, curé catholique à Ravensburg, a soutenu l’initiative, dont les organisateurs ont souligné que le pape Benoît XVI lui-même avait donné la communion au fondateur protestant de la communauté de Taizé, Roger Schütz, lors de la messe d’obsèques de Jean-Paul II.
 

La communion pour tous ?

 
Mais si, dans l’Eglise catholique, il est parfois autorisé dans des circonstances particulières de permettre à des chrétiens non catholiques mais professant la foi catholique par rapport à l’Eucharistie de communier – c’est une autre question –, cela n’a rien à voir avec cette invitation générale fondée sur l’idée que l’Eglise est « une maison du Père » dont on ne pourrait refuser l’accès en « excluant » les non catholiques.
 
L’évêque du lieu, Mgr Gebhard Fürst, a souligné ce point et a précisé que les responsables diocésains ne peuvent s’identifier à l’initiative de Ravensburg. Mais ce n’est qu’après avoir été sollicité par le site OnePeterFive… Auparavant, Mgr Fürst était resté silencieux, ne condamnant pas un événement qui avait reçu une large publicité.