fbpx

Le milliardaire britannique James Dyson en faveur du Brexit

Milliardaire britannique Dyson Brexit
 
L’homme d’affaires britannique James Dyson, célèbre pour ses aspirateurs sans sac, a pris position en fin de semaine dernière en faveur d’une sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne. Le milliardaire représente un soutien de poids pour le camp du Brexit à moins de deux semaines du referendum du 23 juin.
 
Alors que les media ne cessent de présenter un nombre important d’hommes d’affaires, de grandes entreprises, de banques ou d’institutions qui militent ouvertement pour un maintien de la Grande-Bretagne au sein de l’Union européenne, l’appel de James Dyson sonne comme un halte-là aux discours lénifiants sur l’avenir des pays de l’Union qui, malgré la crise économique et la crise migratoire, sont présentés comme étant favorisés, notamment pour ceux qui appartiennent à la zone euro.
 

Le milliardaire britannique James Dyson pour la sortir de son pays de l’Union européenne

 
Interrogé par le Daily Telegraph, James Dyson affirme en effet que la Grande-Bretagne a plus à gagner qu’à perdre en sortant de l’Union européenne. « Je ne parle pas seulement du point de vue de l’entrepreneur. Je parle du point de vue de la souveraineté. Nous créerons plus de richesses et d’emplois en étant en dehors de l’Union européenne qu’en étant à l’intérieur, et nous serons maîtres de notre destin. Et la maîtrise est, je pense, la chose la plus importante dans la vie comme dans les affaires. La dernière chose que je voudrais faire serait de me mettre dans les mains de quelqu’un. Pas seulement des autres pays, mais des bureaucrates de Bruxelles. »
 
Voilà qui intervient à point pour répondre aux treize prix Nobel britanniques qui ont adressé ce samedi une lettre publique, justement au Daily Telegraph. Ils y expliquent que « la perspective d’une perte des financements de l’Union européenne constitue un risque majeur pour la recherche scientifique britannique ».
 
Un point de vue que le milliardaire balaie d’un revers de main les mises en garde sur d’éventuelles conséquences commerciales du Brexit. « Quand le camp du maintien nous dit que personne ne commercera avec nous si nous quittons l’Union européenne, désolé mais ce sont des foutaises absolues ! Notre balance commerciale avec l’Europe est actuellement de 9 milliards de livres par mois et cela monte. Si la tendance continue, ça fera 100 milliards par an.
 

Le dernier sondage donne 55 % des Britanniques en faveur du Brexit

 
« Si, comme le laisse entendre David Cameron, ils nous imposent des droits de douane de 10 %, nous ferons la même chose en retour. Nous achetons davantage en Europe que l’Europe n’achète chez nous, donc nous ferions un bénéfice net, et sur la base de ces chiffres cela nous rapporterait 10 milliards de livres par an. Si l’on ajoute notre contribution nette à l’Union européenne, cela nous ferait gagner autour de 18,5 milliards de livres chaque année si nous quittons l’Union européenne ».
 
Et James Dyson de conclure : « De toute façon, l’Union européenne commettrait un suicide commercial si elle nous imposait des droits de douane, car nous importons 100 milliards de livres et nous ne lui en exportons que 10 milliards. »
 
Le réalisme des chiffres a ceci de particulier qu’il est en général compris facilement par la plupart des gens. Les Britanniques ne semblent pas faire exception, puisque, selon un tout récent sondage ORB publié sur le journal en ligne The Independent, le « oui » au Brexit serait aujourd’hui en tête de 10 points. Parmi les 2.000 personnes interrogées, 55 % se sont prononcés en faveur du Brexit, soit quatre points de plus que le même sondage effectué en avril.
 

François le Luc