fbpx

ACTION Pacific Rim : Uprising ♥


 
Pacific Rim : Uprising appartient au sous-genre très particulier du film de kaiju, ou kaiju eiga précisément en japonais. Le concept implique de voir des monstres colossaux, plus ou moins reptiliens, attaquer les cités humaines. Les humains réussissent, péniblement, à les vaincre, soit en dressant des monstres contre d’autres, soit en créant des monstres artificiels, de taille et force comparable. Le prototype célèbre est Godzilla (1954), qui peut passer pour une grande œuvre face à qui a souvent suivi… Le sous-genre, qui repose sur le spectaculaire, les destructions, est des plus limités intellectuellement, mais distrait les amateurs.
 
Pacific Rim : Uprising se situe à la limite du film pour enfants ; toutefois, il s’avère selon nous un peu trop violent, même si cette violence est tout sauf réaliste, pour ce public. Les personnages sont très simples, voire caricaturaux, et les acteurs surjouent. Significativement, la vedette du film est l’acteur nigérian John Boyega, renommé, si l’on ose dire, pour son rôle de Finn dans les derniers Starwars ; son jeu, pour le pilote Lambert, est resté aussi sommaire. Il forme un duo avec une jeune fille prodige de 15 ans, Amara (Cailee Spaeny). Ils apprendront la nécessaire discipline militaire durant le film ; à défaut d’être subtil, le message n’est pas mauvais. Les trucages bien souvent ridicules des maquettes des premières décennies ont été avantageusement remplacés par des effets numériques.
 

Pacific Rim : Uprising, pour amateurs du sous-genre du kaiju eiga uniquement

 
Pacific Rim : Uprising propose la suite de Pacific Rim, sorti en 2013. Résumons l’opus précédent : des monstres colossaux surgissent des fosses profondes de la ceinture de feu (des volcans) du Pacifique – d’où le titre. Ils sont combattus par des monstres artificiels géants nommés jaegers, soit chasseurs en allemand. Chaque chasseur est piloté par deux hommes, qui doivent parfaitement se coordonner. Les kaijus viennent d’un monde parallèle. Un chasseur – ses pilotes – se sacrifie en franchissant la porte de ce monde parallèle et la faisant sauter. L’histoire est-elle bien finie ? Non, puisque dans Pacific Rim : Uprising, les kaijus reviennent. Ils sont aidés par des chasseurs renégats, d’où probablement l’idée de sédition contenue dans le terme uprising du titre. Comment est-ce possible ? Les jaegers doivent donc lutter sur deux fronts pour sauver la Terre. Ils sont remis en service hâtivement, et des équipages recrutés en urgence, exercice difficile, car le pilotage en tandem n’est pas simple. Il y a un minimum d’intrigue dans le film, heureusement.
 
Pacific Rim : Uprising distraira parfaitement les amateurs du sous-genre du kaiju eiga, qui n’en attendent pas davantage. Tous les autres passeront certainement leur chemin.
 

Hector JOVIEN

 
Pacific Rim Uprising Action Film