fbpx

Les persécutions contre les chrétiens s’aggravent en Chine sous la présidence de Xi Jinping

persécutions chrétiens Chine Xi Jinping
 
« Le nombre de personnes pour lesquelles nous avons documenté des persécutions parmi les chrétiens a atteint 223.000 l’année dernière contre 48.000 en 2016 », a affirmé le pasteur chinois Bob Fu, fondateur et président de l’ONG chrétienne de défense des droits de l’homme China Aid. Bob Fu a fui la Chine après avoir été mis en prison pendant deux mois avec sa femme en 1996 pour « évangélisme illégal ». Il est notamment connu pour son rôle dans la négociation de l’immigration aux Etats-Unis du juriste autodidacte Chen Guangcheng, l’un des dissidents chinois les plus connus dans le monde, qui accusait récemment le Vatican de pactiser avec le diable en Chine. Parlant du président communiste chinois Xi Jinping, Bob Fu a encore affirmé : « Il est clair que Xi Jinping nourrit une animosité particulière à l’encontre des chrétiens ». Néanmoins, a-t-il encore dit, jusqu’ici les persécutions n’ont fait qu’alimenter la croissance du christianisme en Chine.
 

Malgré les persécutions, les chrétiens de plus en plus nombreux en Chine

 
Il y a avait moins d’un million de chrétiens en Chine lorsque les communistes se sont emparés du pouvoir en 1949, ils sont plus de 100 millions aujourd’hui. Bob Fu intervenait vendredi dernier à un colloque consacré aux persécutions des chrétiens en Chine communiste organisé par le think tank conservateur américain Heritage Foundation. Kristina Arriaga, vice-présidente de la commission gouvernementale américaine pour la liberté religieuse (USCIRF), comptait aussi parmi les intervenants. Mme Arriaga est revenu sur la difficile situation des chrétiens en Chine, la destruction récente de l’église protestante dite « du Chandelier doré » dans la province du Shanxi, et sur la suppression des croix et des images religieuses des lieux de cultes.
 
Une autre personne invitée à l’événement organisé par la fondation Heritage était Li Aijie, une chrétienne chinoise qui a obtenu sous la présidence de Donald Trump le statut de réfugié aux Etats-Unis après avoir fui les persécutions. Li Aijie a évoqué les conditions déplorables dans lesquelles son mari est incarcéré par les communistes chinois après avoir été condamné à 19 ans de prison pour avoir publié des articles et des messages sur les médias sociaux dans lesquels il critiquait la situation des droits de l’homme en Chine. Le mari de Li Aijie, Zhang Haitao, a d’abord été accusé par les autorités d’incitation à la haine raciale et discrimination, puis d’incitation à la subversion et de fourniture d’informations à des puissances étrangères pour ses articles et interviews publiés dans des médias américains.
 

Sous Xi Jinping, la surveillance des adeptes des différentes religions atteint des niveaux inégalés.

 
Mais même sans militer pour les droits de l’homme, en Chine communiste le simple fait de pratiquer une religion est mal vu voire interdit lorsqu’on travaille dans l’administration publique. Dans tout le pays, selon Bob Fu, Pékin oblige toutes les églises à installer des systèmes de reconnaissance faciale et à mettre des panneaux interdisant l’entrée aux enfants, aux étudiants, aux fonctionnaires, aux militaires et aux membres du Parti communiste. Les chrétiens ne sont pas les seuls visés par la répression. Le Tibet bouddhiste annexé par la Chine et la province musulmane du Xinjiang ont été transformés en Etats policiers au vrai sens du terme.
 

Olivier Bault