Dubaï met en place des plaques d’immatriculation digitales qui permettent à la police de suivre les véhicules à la trace

plaques immatriculation digitales Dubaï police véhicules
 
Suivre des véhicules à la trace, voilà le rêve de tout Longtarin qui se respecte : à cet égard, la police de Dubaï n’a rien à envier à l’agent psychopathe qui pourrit la vie de Gaston Lagaffe. De nouvelles plaques digitales devraient prochainement y équiper toutes les voitures, créant un lien direct entre les propriétaires de voitures et la police de la circulation. Bientôt à Dubaï la vie privée des conducteurs ne sera plus qu’un vieux souvenir…
 
Les plaques numériques sont déjà en phase d’essai – il s’agit notamment de savoir si les dispositifs relativement fragiles vont supporter les températures désertiques dans cet Emirat arabe – et devraient être généralisées à la fin de 2019, a indiqué le sultan Mohammad Abdullah al Marzouqi.
 
Elles permettront à la police de suivre en temps réel les activités des conducteurs et leur « facilitera la vie », assurent les autorités à Dubaï : Big Brother pense toujours à votre bien. C’est le message que répand le sultan, chef du département des immatriculations à Dubaï. Pensez, les habitants de Dubaï ne seront plus obligés de passer tous les ans dans un centre de service de l’Autorité des routes et des transports pour renouveler leur immatriculation : les choses se feront automatiquement à l’issue du contrôle technique annuel. Prélèvement compris.
 

A Dubaï, la surveillance des véhicules se fera via des plaques d’immatriculation digitales

 
Mais le nouveau dispositif, qui prend la forme d’un « écran intelligent » remplaçant les vieilles plaques métalliques, sera équipé dès sa mise en place généralisée de transmetteurs GPS dernier cri permettant aux véhicules de communiquer entre eux. Utile, explique le sultan Abdullah al Marzouqi, pour prévenir d’un accident ou signaler des bouchons. Mais ce que fait Waze de manière participative, au choix des conducteurs, « Tag to Connect » l’améliore – du point de vue des pandores – en reliant également les voitures équipées à leurs outils de surveillance.
 
A la moindre incartade – stationnement interdit, excès de vitesse – la police sera donc au courant, grâce à la centralisation de toutes les informations dans le système de commande de l’autorité des routes et des transports, ce qui ouvre la voie au prélèvement à la source des amendes et autres pénalités. Car bien sûr, « Tag to Connect » sera aussi relié au compte en banque du propriétaire du véhicule, qui pourra être prélevé directement dans les zones de stationnement payant – et qui aura probablement un peu moins envie de prêter sa voiture à un tiers.
 

Les plaques d’immatriculation numériques au service de la police

 
La police de Dubaï assure que le principal objectif de cette nouvelle technologie digitale est de localiser les accidents et d’améliorer la réponse des secours d’urgence. Les plaques numériques seraient également capables d’avertir les propriétaires en cas de vol de leur véhicule et de le localiser.
 
Cas typique de l’abandon des libertés au profit d’une soi-disant sécurité – et bien sûr, les bénéficiaires de cette sollicitude publique n’auront pas le choix.
 

Anne Dolhein