Post-Brexit : le Royaume-Uni est la plus forte des économies avancées

Post Brexit Royaume Uni forte économies avancées

Le ministre des Finances britannique, Philip Hammond.


 
Sa croissance aura été plus forte en 2016 que celle des six autres nations de tête, Etats-Unis, Allemagne et Japon y compris.
 
Contrairement à ce qu’annonçaient les oiseaux de malheur pour dissuader de voter pour la sortie de l’UE, c’est à la suite du référendum de juin derniers que les chiffres ont vraiment décollé.
 
La Banque d’Angleterre a ainsi dû se rendre à l’évidence : la croissance des premier et deuxième trimestres était à 0,3 et 0,6 % respectivement, tandis que celle des troisième et quatrième trimestre ont atteint 0,6 % et – c’est une estimation – 0,5 %, le mois de décembre ayant enregistré la plus forte activité commerciale depuis 17 mois.
 
L’économiste en chef de la banque centrale, Andy Haldane, a avoué qu’il y avait une « déconnexion » entre les mises en garde politiques par rapport au Brexit et l’état « remarquablement placide » des marchés, ajoutant que les pires prédictions pourraient bien n’avoir été que « des histoires pour faire peur ».