fbpx

La presse chinoise sous contrôle du Parti communiste se réjouit du satisfecit de Mgr Marcelo Sanchez Sorondo

presse chinoise parti communiste Mgr Marcelo Sanchez
 
Cela n’a rien d’étonnant : l’évêque argentin, proche du pape François, chancelier des Académies pontificales des sciences ayant dit que la Chine est celle qui met le mieux en œuvre la doctrine sociale de l’Eglise, le Global Times a salué le propos en affirmant que Sanchez Sorondo « parle vrai ».
 
Reliant explicitement la déclaration aux récentes « avancées » des négociations entre la Chine communiste et le Saint-Siège, le journal cite les propos très positifs du prélat en affirmant que ceux-ci contredisent directement les « incompréhensions » d’un certain monde occidental. Et d’affirmer que « l’écrasante majorité des catholiques en Chine ont plein accès à la liberté de religion tout en respectant la doctrine catholique et l’état de droit chinois ».
 
On a même droit à un couplet sur le fait que les règles récemment révisées sur les affaires religieuses « garantissent mieux la liberté de religion des citoyens », et pour conclure la dénonciation de ceux qui veulent faire capoter les négociations en s’immisçant dans les affaires chinoises au nom d’une « posture politique qui est évidemment contraire au système politique chinois ».
 
Eh oui : il s’agit du communisme intrinsèquement pervers qui se double en Chine d’un malthusianisme criminel.