Un prêtre tué pendant la guerre civile espagnole a été béatifié ce samedi

Prêtre béatifié guerre civile espagnole samedi

Cathédrale de Burgos : messe de béatification ce samedi 23 avril.


 
Valentin Palencia Marquina, un prêtre tué en 1937 au cours de la guerre civile espagnole, a été béatifié ce samedi 23 avril à Burgos, ainsi que ses quatre compagnons martyrs.
 
Valentin Palencia Marquina dirigeait un centre de formation pour les enfants pauvres et les orphelins abandonnés, qui rencontrait, en cette période difficile de l’histoire espagnole, un succès grandissant. Il n’en refusait pas moins les honneurs et les privilèges. Néanmoins, le gouvernement lui avait accordé, dès 1925, la Croix de la Charité en reconnaissance de son travail et de ses mérites.
 

De nouveaux martyrs de la guerre civile espagnole ont été béatifiés ce samedi

 
Un mois après le début de la guerre civile, il reçut l’interdiction de célébrer la messe. Dénoncé auprès du Front populaire par un de ses élèves, il fut traduit devant le tribunal révolutionnaire, aux côtés de six jeunes appelés à témoigner contre lui. Mais quatre d’entre eux (Donato Rodríguez García, Germán García García, Zacharie Cuesta Golf et Emilio Huidobro Corrales) qui refusèrent de le trahir, payèrent de leur vie leur courage et leur fidélité. Ils furent assassinés sur le mont Ruiloba Tramalón, le 15 janvier 1937 et leur mémoire sera désormais célébrée par l’Eglise à cette date.
 
Le pape François a en effet reconnu leur martyre le 30 septembre 2015, en ordonnant la promulgation d’un décret relatif au martyre des serviteurs de Dieu Valentín Palencia Marquina et ses quatre compagnons, tués en haine de la foi.
 
De fait, l’un des témoins au procès de béatification déclarera : « Il a été tué parce qu’il était prêtre. »
 
Par ailleurs, Saturnino Lopez Santidrián, professeur de théologie spirituelle à l’Université de Burgos, et auteur d’une biographie de Valentin Palencia Marquina, observe : « Même s’il n’avait pas été un martyr, il serait béatifié pour les tâches qu’il a effectuées. »
 

Un prêtre et quatre de ses jeunes protégés tués en haine de la foi

 
Leur messe de béatification a été célébrée par le cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour la Cause des Saints, ce 23 avril en la cathédrale de Burgos – une première en ce lieu depuis plus de 1.000 ans – en présence d’un grand concours de peuple (plus de 1.000 personnes), de trois cardinaux, 200 évêques et prêtres, des autorités civiles et militaires, et de 208 membres des familles des nouveaux bienheureux.
 
La messe a été célébrée au son de la trompette, du trombone, de la clarinette et du saxhorn, instruments dont les quatre jeunes martyrs avaient appris à jouer au sein du patronage Saint-Joseph fondé par don Valentin. Et, au moment de l’offertoire, ont été portés à l’autel certains objets ayant appartenus aux nouveaux béatifiés : certificats de baptême, chapelet de don Valentin…
 
Soulignant que le pape François aime à répéter que « la persécution est le pain quotidien de l’Eglise », le cardinal Amato a déclaré au cours de son homélie : « Dans cette période de terreur, qui semblait avoir effacé de la face de la terre toute trace de justice et de bonté, le martyre de victimes innocentes était un signe d’espoir pour une humanité qui ne soit pas fratricide, mais fraternelle, accueillante, respectueuse. »
 
Le diocèse de Burgos compte désormais 172 martyrs tués au cours de la seule persécution religieuse au XXe siècle. C’est aussi le diocèse qui compte le plus de martyrs de toute l’Espagne.
 

François le Luc