fbpx

DRAME HISTORIQUE/COMEDIE
Le Redoutable ♥♥

 
Le Redoutable propose une satire réussie du mouvement révolutionnaire de 1968, vu à travers le destin du réalisateur franco-suisse Godard. Godard a été, au début des années 1960, le père d’une école de cinéma dite de la « Nouvelle Vague », réussite alliant ambition intellectuelle, ou du moins esthétique, et distraction authentique pour le public. Bref, exactement ce que le cinéma français d’aujourd’hui ne sait plus faire. Comme il est rappelé dans le film, le réalisateur bourré de prétentions caricaturales avait tout de même fait jouer sous sa direction l’acteur populaire par excellence de l’époque Jean-Paul Belmondo…Tout ceci a bien disparu, depuis longtemps, et Le Redoutable peut être vu comme le récit d’une disparition. Godard a voulu faire la Révolution, et “tuer Godard” ; hélas pour le cinéma, il a parfaitement réussi à “tuer Godard”…
 

Le Redoutable, une reconstitution ironique et fidèle qui réjouira les cinéphiles

 
La transition du réalisateur au « commissaire politique » s’était opérée dès avant 1968, lors du tournage en 1967 du film « La Chinoise ». Des lycéens et étudiants de bonne famille montent une cellule communiste révolutionnaire, qui se contente d’ânonner en boucle les « pensées » du président Mao-Tsé-toung ; ces aphorismes n’ont guère de sens en soi, ou certainement aucun tirés de leur contexte historique ou culturel. Le Redoutable nous a appris que ce que nous prenions de bonne foi pour une œuvre soporifique mais implicitement ironique était en fait à prendre au premier degré. Le parti communiste chinois ne s’était pas trompé sur la valeur de propagande de « La Chinoise » clairement contreproductive, et l’avait désavoué : c’est sur cette grosse déception pour Godard que s’ouvre le film. Il se rêve militant de choc de la « Révolution culturelle », et les disciples de Mao ne veulent tout simplement pas de lui…Le naufrage intellectuel est total, et se double d’un naufrage moral présenté, et c’est aussi heureux qu’inattendu en France dans une des répliques du film : ce régime communiste monstrueux tue alors des millions de Chinois. On le savait dès l’époque, et nous savons aujourd’hui que les victimes se sont comptées par dizaines de millions.
 
Le film s’appuie sur les mémoires d’une éphémère Mme Godard, Anne, petite-fille de Mauriac, et « Chinoise » du film. Evidemment, elle s’est un peu vengée, mais avec talent, et l’adaptation est elle-même réussie. L’ensemble sonne très juste, et est remarquablement bien interprété… Le Redoutable traite donc de l’activité politique, aussi brouillonne que nulle, de Godard, du sabordage délibéré de son talent. Il joue aussi sur les codes du cinéma voulu révolutionnaire et transgressif d’alors, en particulier en France et en Italie. Cette reconstitution ironique et fidèle réjouira les cinéphiles, même si elle réduit le public à celui des adultes avertis.
 

Hector JOVIEN

 
Redoutable drame historique comédie film