fbpx

L’Agence des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) veut le regroupement familial pour tous en Allemagne

regroupement familial Allemagne UNHCR tous Agence Nations unies
 
Alors qu’Angela Merkel tente de négocier la mise en place d’une nouveau gouvernement avec les sociaux-démocrates du centre-gauche (SPD), l’Agence des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) vient d’apporter son grain de sel en invitant l’Allemagne a mettre en place la possibilité du regroupement familial pour l’ensemble des réfugiés. Question sensible entre toutes pour le chancelier en mal d’alliance, qui est déjà et à juste titre tenu pour responsable du tsunami de migrants arrivés en 2015.
 
Avec le regroupement familial, les centaines et centaines de milliers de demandeurs d’asile pourront demain se démultiplier à mesure que les proches restés au pays obtiendront le droit de rejoindre la « tête de pont » en Allemagne.
 

L’Agence des Nations unies pour les réfugiés veut accentuer le flux des migrants vers l’Allemagne

 
Roland Bank, qui représente l’UNHCR dans le pays, vient d’expliquer à une commission parlementaire fédérale que les restrictions au regroupement familial introduites, à la suite de cet afflux inédit d’immigrés extra-européens, sous la pression des éléments les plus conservateurs de l’ancienne alliance dans de la Merkel n’avaient « aucun sens ».
 
Depuis mars 2016, en effet, de nombreux réfugiés en provenance de Syrie et d’autres zones de guerre au Proche-Orient et en Afrique reconnus comme demandeurs d’asile se sont vu octroyer une nouvelle forme de droit de séjour appelé la « protection subsidiaire », aux termes duquel tout accès au regroupement familial est suspendu jusqu’à mars 2018.
 
L’intervention de l’UNHCR fait les affaires du SPD qui adhère pleinement à l’idée que le regroupement familial doit être un droit pour tous, mais complique les négociations en cours avec les chrétiens-démocrates du CDU de Merkel et leurs alliés bavarois conservateurs du CSU. De telle sorte que la question du regroupement familial est au centre des débats, et même une pierre d’achoppement.
 

L’UNHCR vante le regroupement familial pour tous : si chaque réfugié faisait venir quatre ou cinq personnes…

 
Sur sa droite, le CSU est particulièrement menacée cette année lors d’élections dans le Länd de Bavière où le mouvement anti-immigration Alternative für Deutschland (AfD) tirerait les bénéfices électoraux d’un élargissement du regroupement familial.
 
En l’état actuel des pourparlers, Angela Merkel et le SPD se sont mis d’accord pour limiter l’octroi du droit au regroupement familial à 1.000 par mois. Hendrik Cremer, de l’Institut allemand pour les droits de l’homme a déjà dénoncé cet accord qui selon lui va pousser de nombreux réfugiés vers la dépression alors que pour le plus grand nombre il est « peu probable » que ces réfugiés puissent retourner chez eux à brève échéance. Tiens donc.
 
Du côté de l’AfD, le député Dieter Amann a dénoncé au contraire « la pérennisation d’un système de mensonge associé à l’asile » si le large accès au regroupement familial est assuré. Pour lui, la solution raisonnable serait d’obliger les réfugiés hommes à retourner au pays auprès de leur famille.
 

Anne Dolhein