fbpx

En nommant Jerome Powell à la présidence de la Réserve fédérale, Donald Trump décide d’en laisser le contrôle à l’Establishment mondialiste

Réserve fédérale Jerome Powell Establishment Donald Trump
 
Comme prévu, le président américain Donald Trump ne tiendra pas non plus sa promesse électorale de revenir à une politique monétaire saine et de soutenir un audit de la Réserve fédérale. Au contraire, il a décidé de nommer celui qui était déjà désigné comme favori pour ce poste : Jerome Powell. Nommé en 2011 par Barack Obama pour siéger au Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale des États-Unis, Jerome Powell en est le membre le plus riche. Ancien avocat et ancien banquier, Powell est clairement un représentant de l’Establishment et sa nomination s’inscrit dans la continuité de la politique inflationniste de Janet Yellen dont le mandat expire début 2018, puisqu’il a toujours voté avec la majorité et qu’il s’est personnellement opposé à l’audit de la Fed voulu par l’ancien représentant républicain et libertarien Ron Paul et soutenu par le candidat Trump pendant sa campagne. Dans les colonnes du New American, Bob Adelmann rappelle que c’est d’ailleurs la seule fois où Jerome Powell est sorti de l’ombre de l’actuelle présidente de la Réserve fédérale, mais pour ne dire que du bien de la réaction de la Fed à la crise immobilière de 2008. « Pour dire les choses simplement », avance Adelmann, « avec Powell aux commandes de la Fed, l’Establishment va en conserver le contrôle ».
 

Qui est Jerome Powell, choisi par Donald Trump pour remplacer Janet Yellen à la tête de la Réserve fédérale ?

 
Diplômé de l’Université de Princeton, Jerome Powell a été pendant un temps assistant législatif du sénateur républicain de Pennsylvanie Richard Schweiker avant de rejoindre le Département du Trésor américain où il a travaillé sous la direction du Secrétaire du Trésor Nicholas Brady, ancien président de la banque d’investissement Dillon, Read & Co. Il a ensuite été nommé en 1992 sous-secrétaire du Trésor par le président George H. W. Bush. Powell a ensuite bâti sa fortune en tant que partenaire de la société de gestion d’actifs Carlyle Group et fondateur de Severn Capital Partners. Puis il est devenu partenaire gérant du Fonds pour l’environnement mondial avant d’être nommé par le président Barack Obama au Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale en 2011 puis reconduit en 2014. Sa résidence principale dans le Maryland a une valeur estimée de 3 millions de dollars et il joue du golf au Chevy Chase Club où le tarif d’adhésion est de 50.000 dollars. Sa fortune est estimée entre 19,7 et 55 millions de dollars. Il est inscrit au Parti républicain et a donné 30.800 dollars pour la campagne du « républicain de nom uniquement » John McCain.
 

L’Establishment mondialiste va conserver le contrôle de la Fed

 
Donald Trump a donc nommé à la tête de la puissante et opaque Réserve fédérale un soutien d’un homme qui se dit républicain mais qui fait tout au sénat (McCain est sénateur depuis 30 ans) et dans les médias pour saboter sa présidence. Ah, et puis Jerome Powell est membre du CFR (Council on Foreign Relations), l’influent think-tank mondialiste pourtant hostile au principe de « l’Amérique d’abord » de la campagne de Donald Trump.
 

Olivier Bault