fbpx

Route de la soie : un train de fret relie la Chine au Royaume-Uni en passant par la France

route soie train fret Chine Royaume Uni France
 
La route de la soie a connu une nouvelle étape de son développement avec le départ, dimanche, du premier train de fret qui doit relier la Chine au Royaume-Uni en espace de 18 jours. Le voyage de près de 12.000 km a commencé à Yiwu, près de la côte est de la Chine dans la province de Zhejiang, avant de traverser le Kazakhstan, la Russie, le Belarus, la Pologne, l’Allemagne, la Belgique et pour finir la France où le tunnel sous la Manche permettra au train de marchandises de rejoindre la gare de Barking à Londres.
 
La création de la Nouvelle route de la soie est une initiative du président Xi Jinping qui vise à mettre en place un gigantesque réseau d’infrastructures au service du commerce entre la Chine et l’ensemble de l’Asie et de l’Europe. Le tigre oriental est ambitieux et il vise l’expansion de son industrie et de ses exportations.
 

Un train de fret est parti de Chine dimanche vers le Royaume-Uni

 
L’initiative fait référence à la Route de la soie des temps jadis, mais à la différence des longs et périlleux voyages d’alors, le transport de fret par train se fait aujourd’hui dans des conditions de sécurité et de rapidité inédites, et l’ouverture des destinations se fait à toute allure. Le premier train de fret à avoir relié la Chine et la France a fait le voyage en avril dernier. En peu de mois, ce sont au total huit pays européens qui sont devenus accessibles par train depuis la Chine, et Londres sera la 15e ville desservie.
 
On compte déjà 39 routes ferroviaires régulières entre seize villes chinoises et douze villes européennes, avec 1.881 départs déjà répertoriés en juin 2016. Le nombre des retours est nettement plus modeste : à cette même date, seuls 502 convois avaient fait le voyage vers l’Orient (à se demander ce qu’ils font des locomotives et des wagons…).
 
Mais la disproportion entre les voyages aller et retour est significative d’une réalité aux conséquences lourdes : les marchandises venant de Chine sont bien plus nombreuses que celles qui repartent. La Chine importe du bois russe, de la viande et des produits carnés allemands, des vins et des cosmétiques français.
 

La route de la soie : une offensive commerciale de la Chine

 
Qu’est-ce qui vient de Chine ? Tout ! Au mois d’avril, le premier convoi de 41 conteneurs exportés de Wuhan, en Chine centrale, vers Lyon convoyait des vêtements pour Décathlon, des lampes LED et des appareils électroniques, rapportait alors Le Monde. Le coût de l’envoi de marchandises par train est 80 % moins cher que par voie aérienne, et en même temps ce mode de transport permet de gagner un temps considérable : 16 jours pour Wanhu-Lyon ou 18 pour relier Yiwu à Londres, une paille par rapport aux deux mois qu’exige le fret maritime.
 
La Chine espère profiter de cet effet d’aubaine en poussant à 5.000 le nombre de voyages annuels de la Chine vers l’Europe d’ici à 2020, selon les prévisions de la Commission nationale du développement et de la réforme chinoise, rappelaient il y a quelques mois Les Échos.
 
La diminution du coût du transport, et sa rapidité qui permet de mieux coller aux demandes d’un marché à la recherche du dernier cri, aussi bien dans les secteurs de la mode que des produits de haute technologie, visent à rendre la Chine encore plus attrayante comme lieu de production, avec les retombées que l’on peut en attendre pour l’industrie locale en Europe.
 

Chine orientale-France-Royaume-Uni : la nouvelle route du rail

 
Aujourd’hui, les exportations chinoises sont plutôt à la baisse : le volume du commerce extérieur atteignait 2,34 milliers de milliards de dollars en 2014, contre « seulement » 2,27 milliers de milliards en 2015, alors que la croissance – selon les chiffres officiels chinois – est passée de 7,3 % en 2014 à 6,9 % en 2015, la plus modeste en 25 ans.
 
La question est donc de savoir si la stratégie de la Nouvelle de la soie est une simple fuite en avant, destinée à masquer les problèmes de fond de l’économie chinoise, aggravée par une démographie qui ralentit, ou un nouveau départ. L’avenir le dira. En attendant, l’initiative sert efficacement les objectifs de la mondialisation.
 

Anne Dolhein