Sermon de Abbé Beauvais pour l’Octave de Noel : le Christ, signe de contradiction


 
Et ce progrès dans le mal, qui a suivi l’annonce de l’Evangile, ne se découvre pas seulement dans l’ordre politique, il se manifeste aussi dans les vices humains. Comme l’avait écrit le Père Calmel, c’est ainsi que la luxure et l’orgueil sont parvenus après le Christ à un degré de dépravation inégalé du point de vue de l’acuité, de l’intelligence et de la perversion essentielles. Ainsi ces formes d’art et de littérature qui s’appliquent délibérément à pourrir et à fausser les consciences en justifiant les dépravations les plus infâmes de la chair et des sentiments.
 
Pourquoi cet approfondissement du mal ? De la contradiction ? Parce qu’après que la lumière ait été donnée, chose faite par la Révélation, il ne reste pas de place pour l’installation dans la pénombre. Il ne reste de place que pour le consentement à la lumière ou pour le refus délibéré. Et c’est là que s’explique le pourquoi du Christ signe de contradiction. Une fois que le Verbe de Dieu s’est fait homme, il peut y avoir des apôtres mais il peut y avoir aussi des traîtres au Fils de Dieu. Il ne peut plus y avoir de sacerdoce lévitique, et une fois que le Christ a dévoilé le mystère chrétien de la pureté, il y a des êtres qui se consacrent totalement au Seigneur ou qui s’aiment dans le mariage comme le Christ a aimé l’Eglise.
 

Le Christ signe de contradiction entre les deux Cités

 
Mais il y en a d’autres qui s’opposent à la Loi divine et humaine de la pureté avec une clairvoyance et une malice inconnues des Anciens. Il ne peut plus y avoir, du moins dans la mesure où la Révélation est connue, il ne peut plus y avoir une bonne conscience dans le divorce, le concubinage et autre graves entorses au mariage. Une fois que le Christ eut posé la distinction entre les choses de Dieu et celles de César, une fois qu’il eut fondé son Eglise indépendante de César mais ayant le devoir d’éclairer César et de le purifier, à partir de ce moment-là une civilisation chrétienne imparfaite mais réelle a pu se faire jour, a pu se consolider. Mais aussi une forme de société résolument anti-chrétienne a pu chercher à s’établir.
 

Sermon de Abbé Beauvais pour l’Octave de Noel : le Christ, signe de contradiction (premier janvier 2017)

 
Sermon Abbé Beauvais Christ signe contradiction