Frontex : 1,82 million de traversées de frontières illégales dans l’UE en 2015. Combien de terroristes ?

terroristes Frontex traversées frontières illégales million UE 2015

« Plus c’est gros, plus ça passe. »


 
Un rapport publié le mardi par Frontex, l’agence européenne pour la coopération dans la gestion des frontières extérieures, a révélé que l’ensemble des pays de l’UE ont répertorié environ 1,82 million de cas de traversées illégales des frontières au cours de l’année 2015, soit six fois plus qu’en 2014 qui avait déjà marqué un record. Sous le titre « Evaluation annuelle des risques », le rapport met « la menace terroriste croissante » au nombre des trois grands défis auxquels est confronté l’Union européenne à ses frontières extérieures.
 
Il n’est pas besoin d’être devin pour imaginer l’un des deux autres défis : « une augmentation sans précédent de la pression migratoire » – le troisième étant constitué précisément ce que notre monde « ouvert » dit promouvoir : « la hausse constante des voyageurs en règle ».
 

Les traversées de frontières illégales et massives, pain bénit pour les terroristes islamistes

 
Le nombre des traversées illégales est près de deux fois supérieur au nombre de migrants effectivement entrés sur le territoire de l’UE en 2015 : comptés une première fois en arrivant dans l’une des îles grecques, en provenance de Turquie, ils sont nombreux à avoir été comptabilisés une seconde fois en passant une nouvelle fois une frontière extérieure de l’Union dans les Balkans dans leur marche vers les pays plus riches.
 
Ce que démontrent abondamment ces statistiques, c’est que l’arrivée clandestine n’entraîne le plus souvent aucune des sanctions ou actions légales prévues par les lois internes ou les directives communes aux pays de l’Union. Le migrant sans titre de séjour aurait pu, aurait dû être renvoyé vers son lieu d’origine. Au contraire, nombre d’entre eux ont pu poursuivre leur périple, encouragés il est vrai par les invitations lancées notamment par Angela Merkel.
 

Frontex, l’agence des frontières extérieures de l’UE, révèle ses inquiétudes

 
Le 18 mars dernier, le directeur exécutif de Frontex, Fabrice Leggeri, a appelé les pays membres à mobiliser davantage de forces de l’ordre pour aider la Grèce à renvoyer des migrants vers la Grèce.
 
S’orienterait-on vers une prise de conscience ?
 
En avançant le chiffre de 1,82 millions, merveilleusement précis, Frontex fait d’ailleurs un aveu supplémentaire : l’agence n’a en réalité aucun moyen de connaître les mouvements des migrants illégaux à travers le continent puisqu’elle ne peut les suivre. Très logiquement, l’agence reconnaît qu’un « nombre renversant » de djihadistes a profité de l’occasion pour se rendre en Syrie, avant de profiter du chaos pour rentrer en Europe. Fait vérifié lors des attentats de novembre à Paris.
 
« Les extrémistes islamistes exploiteront les flux de migration illégale chaque fois que de tels mouvements seront en conformité avec leurs plans d’action », avertit Frontex. Les mêmes routes servent à la circulation des armes : on parle de 800.000 unités dans le seul territoire de la Bosnie-Herzégovine.
 
On attend avec inquiétude les chiffres pour 2016…
 

Anne Dolhein