Thérapie génique : rémission complète pour des malades du cancer en phase terminale

Thérapie génique rémission complète cancer phase terminale

Des spécialistes de la thérapie cellulaire. Photo fournie par Kite Pharma datant de mai 2016 .


 
La société pharmaceutique américaine Kite Pharma vient de publier les résultats de six mois de recherche autour d’un traitement révolutionnaire baptisé « CAR-T cell therapy ». Cette thérapie génique s’annonce extraordinairement efficace puisqu’elle a permis, au cours de ces six premiers mois de recherche, de délivrer totalement de leurs cellules cancéreuses un tiers des malades en phase terminale qui ont participé aux essais. Une rémission complète dont ont bénéficié des patients qui n’avaient plus aucune option de traitement.
 
Sur 101 malades participant à l’expérience, 36 étaient en rémission totale au bout de six mois et 8 sur 10 ont vu leur cancer diminuer au moins de moitié sur la période.
 
« Les chiffres sont fantastiques », a déclaré le Dr Fred Locke, spécialiste des cancers du sang du Moffitt Cancer Center de Tampa, en Floride, l’un des codirecteurs de l’étude.
 

La thérapie génique offre de l’espoir à des malades du cancer du sang

 
Cette thérapie génique et cellulaire fait appel aux cellules du malade lui-même. Elle consiste à filtrer le sang du patient en vue d’en isoler des cellules du système immunitaire, les cellules T, soumises à une modification génétique en laboratoire afin qu’elles puissent reconnaître les cellules cancéreuses, et à les réinjecter.
 
Les cellules cancéreuses sont très habiles pour échapper au système immunitaire. Pour parler de manière imagée, la nouvelle thérapie consiste à enlever les freins, permettant aux cellules immunitaires de fonctionner correctement à leur égard.
 
Bien sûr, la thérapie n’en est qu’à ses débuts, et il faudra des études sur les effets secondaires et la durabilité de la procédure avant de crier victoire. Il n’est pas certain non plus que tous les types de cancer soient concernés : pour Martin Ledwick, de Cancer Research UK, « les résultats sont prometteurs et laissent penser qu’un jour les CAR-T cells constitueront une option thérapeutique pour certains patients souffrant de certains types de lymphomes ».
 

Rémission complète pour un tiers de 101 patients en phase terminale

 
Pour l’heure, l’expérience a été menée sur des patients souffrant d’un cancer du sang, un type de lymphome non-hodgkinien, et qui n’avait plus aucune option thérapeutique. Pour la plupart de ce type de malades, le pronostic vital à ce stade est de six mois tout au plus, mais la moitié du groupe est encore en vie neuf mois après le début des essais, et un tiers d’entre eux pourrait bien être totalement guéri.
 
Il en va ainsi de Dimas Padilla, 43 ans, dont l’état ne cessait de s’aggraver alors que sa chimiothérapie ne faisait plus aucun effet : ayant entamé le traitement expérimental en août dernier, il est aujourd’hui en rémission complète. « J’ai vu mes tumeurs fondre comme des glaçons », s’est-il réjoui, affirmant que le traitement avait sauvé sa vie.
 
Cependant, le traitement n’est pas sans danger puisque, consistant à mettre le système immunitaire en sur-régime, il peut avoir des effets secondaires significatifs et a même fait mourir deux des patients qui y ont succombé plutôt qu’à leur cancer. Un tiers des patients est devenu anémique ou a présenté d’autres problèmes du comptage sanguin.
 

Anne Dolhein