fbpx

ACTION/FANTASTIQUE
Thor Ragnarok ♥


 
Thor Ragnarok est un film d’action très mêlé de fantastique et comportant aussi une bonne part de science-fiction. Comme le titre l’indique, il est question des aventures du dieu de la mythologie scandinave Thor, confronté à la fin du monde, le Ragnarok, ou du moins la fin d’un monde, le sien. Cette perspective l’inquiète. Il tente de la conjurer. Puis il finit par changer d’avis radicalement, chose a priori improbable, du fait de la rencontre inattendue d’une dangereuse déesse, une sœur aînée inconnue, beaucoup plus forte que lui et dont il ignorait jusque-là l’existence. Il faut préciser que ce Thor, certes véritablement inspiré de la mythologie nordique, est en fait celui de l’univers des bandes dessinées américaines de la licence Marvel. Il en résulte un double filtre regrettable, celui de la double transposition ; celle qui cause le plus de dégâts est du reste le passage des livres au film, avec un ajout de politiquement correct qui introduit d’étonnants personnages de couleur dans un univers nordique. Ainsi, une des héroïnes du film est une Walkyrie interprétée par une actrice maorie. Ce genre de fantaisie confine au ridicule et peut agacer.
 

Thor Ragnarok, simplement moyen

 
Toutefois, du fait du fond véritable de mythologie nordique, Thor Ragnarok possède encore une dimension épique réussie. Les effets spéciaux numériques permettent des illustrations dynamiques étonnantes et séduisantes de la lutte de Thor contre des monstres gigantesques ou des dieux mauvais. Le film, riche en rebondissements, n’ennuie pas, à la condition de s’intéresser au sujet et de supporter le politiquement correct invasif. Thor rencontre sur une planète inconnue, suite à une chute sur son chemin céleste, Hulk, le célèbre Titan vert de l’univers Marvel. Curieusement, Hulk s’intègre bien au récit mythologique et fait figure de monstre parmi d’autres, et de monstre au bon fond, seulement pas si facile à réveiller en lui. Un personnage se distingue, à travers l’acteur talentueux qui l’interprète, le seul à proposer un jeu intéressant – les héros jouent les héros, ou ne jouent guère de ce fait – est celui du Maître des Arènes, un dictateur cynique qui organise sur sa planète des combats de gladiateurs. Ce méchant d’anthologie sauve le film.
 
Thor Ragnarok mélange tout au long du film le meilleur et du nettement moins bon. Pour un public a priori intéressé, il possède le mérite fondamental de ne jamais ennuyer. La vague actuelle d’adaptations des superhéros Marvel, dont nous rendons régulièrement compte pour la rubrique cinématographique de Réinformation.tv, comporte désormais nombre de réussites et de naufrages ; Thor Ragnarok est tout simplement moyen.
 

Hector JOVIEN

 
Thor Ragnarok Action fantastique film