fbpx

Le réchauffement climatique conduirait à la naissance de 99 % de tortues vertes femelles selon une étude coproduite par… le WWF

tortues vertes femelles réchauffement climatique WWF étude
 
Les scientifiques tirent la sonnette d’alarme et la nouvelle fait le tour des grands médias : « La grande majorité des tortues vertes dans le nord de la Grande barrière de corail sont désormais des femelles, ce qui pourrait menacer cette population parmi les plus importantes au monde, affirme une étude publiée lundi dans Current Biology » (Le Figaro). En effet, les tortues marines n’ayant pas encore adopté l’idéologie du genre, c’est la température du sable qui détermine le sexe pendant la période d’incubation des œufs, et une fois le sexe choisi par Dame Nature, il n’est plus possible pour les tortues d’en changer ! Et puisque, comme toute le monde le sait, le climat de la planète Terre se réchauffe à cause de l’activité humaine, le sable des plages australiennes du nord de la Grande barrière de corail est plus chaud qu’autrefois, et cela a l’effet inverse de celui de la politique de l’enfant unique en Chine : il ne naît quasiment plus de mâles.
 

Les grands médias ont oublié de préciser que cette étude prouvant le réchauffement climatique par le sexe des tortues a été coproduite par le WWF

 
Que ce soit Le Figaro, BFM TV, RTL Belgique, le Huffington Post ou le Washington Post, on oublie toutefois de nous préciser que l’étude en question a été coproduite par le WWF (c’est pourtant visible en bas du papier publié par Current Biology). Le site Breitbart met en revanche ce fait en avant, en remarquant que l’organisation écolo en profite pour demander une fois de plus l’imposition d’objectifs internationaux plus ambitieux en matière de climat. C’est un peu comme si les grands médias relataient la publication d’une étude sur le retour des grandes épidémies sans nous préciser que cette étude aurait été coproduite par le lobby pharmaceutique pour lequel ces épidémies démontreraient qu’il faut en urgence imposer des objectifs plus ambitieux en matière de vaccination.
 

Les tortues vertes se portent bien et la surpopulation de femelles pourrait bien être un phénomène local passager

 
Mais Breitbart avance aussi d’autres arguments pour mettre en doute cette étude. Il publie par exemple un tableau des températures moyennes dans l’Etat du Queensland. Sur ce graphique, le réchauffement du climat saute beaucoup moins aux yeux que sur celui des températures du sable publié par les auteurs de l’étude. Breitbart remarque aussi que l’on ne sait pas si les températures du sable plus chaudes ces dernières années sont une tendance durable ou non. Par ailleurs, souligne-t-on, les tortues vertes ne pondent pas des œufs que dans le nord de la Grande barrière de corail. Les populations de tortues vertes sont nombreuses et se portent globalement très bien.
 
La source de Breitbart, faut-il préciser (et Breitbart le précise, contrairement aux grands médias à propos de WWF), c’est le blog de Paul Homewood, un climatosceptique / climatoréaliste (selon le point de vue).
 

Olivier Bault