Conférence de presse de Myron Ebell : Trump devrait annoncer prochainement le retrait des Etats-Unis de l’Accord de Paris sur le climat

Trump Retrait Accord Paris climat Myron Ebell
 
Lors d’une conférence de presse à Londres organisée par la climatosceptique Global Warming Policy Foundation, le responsable de l’Environmental Protection Agency américaine, Myron Ebell, a annoncé à un auditoire consterné que le président Donald Trump allait très certainement retirer les Etats-Unis de l’Accord de Paris sur le climat, comme il l’avait promis pendant sa campagne. La nouvelle secrétaire d’Etat Rex Tillerson, qui avait exprimé son désaccord sur le sujet a, selon Ebell, manqué de pertinence dans ses propos. Les médias présents à la conférence ont failli une nouvelle fois à leur mission en jouant le jeu des climatoalarmistes.
 

Accord de Paris sur le climat : Trump devrait prochainement annoncer le retrait des Etats-Unis

 
D’après Ebell, Trump a trois moyens d’annuler la participation des Etats-Unis au traité de Paris. Il peut supprimer les cotisations financières du pays à La Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). En tout état de cause, souligne Ebell, tout financement américain à cette organisation constitue déjà une violation du droit américain depuis que la Palestine, qui n’est pas un Etat reconnu légitimement, est devenue membre de la CCNUCC. Trump peut aussi obtenir le rejet du Congrès américain, car l’Accord de Paris étant un traité, il ne peut légalement pas être ratifié par décret présidentiel. Enfin, Trump peut tout simplement retirer les Etats-Unis de la CCNUCC, ce qui, d’après Ebell, serait « la manière la plus saine » de procéder, et dispenserait le pays de toutes ses obligations, qu’elles soient financières ou non.
 

Myron Ebell met en accusation les climatoalarmistes

 
Le journaliste et essayiste James Delingpole était présent à la conférence de presse de Myron Ebell ; il est venu, dit-il, moins pour écouter le conférencier que pour observer l’auditoire ; et il n’a pas été déçu ! « J’ai vu les médias libéraux londoniens exploser comme des pastèques trop mûres », résume-t-il ! Le reporter de Channel 4 News, rapporte Delingpole, a donné le ton en demandant à Ebell : « Il ne vous a pas échappé que cette salle est pleine de gens comme moi qui considèrent que rien de ce que vous dites n’est fondé. Donc, tout ce que vous êtes en train de dire n’a pratiquement aucun sens. »
 
Ebell, précise l’essayiste, s’est défendu avec un talent nourri d’érudition et de douce politesse : quand la presse l’a accusé de représenter les intérêts du pétrole par exemple, il a mis en accusation ce qu’il appelle le « complexe industriel sur le climat », peuplé de scientifiques et d’hommes d’affaires, qui se nourrit de l’escroquerie que constitue le réchauffement climatique.
 
Finalement, comme le souligne Delingpole, cette expérience a montré une nouvelle fois la complicité de la presse officielle, à une ou deux exceptions-près, avec le mouvement climato-alarmiste, acoquinée à Greenpeace ou WWF. Le bras de fer ne fait que commencer…
 

Trump Retrait Accord Paris climat Myron Ebell

Myron Ebell