fbpx

POLICIER/ACTION Tueurs ♥


 
Tueurs – on s’en serait douté – est un film policier d’action franco-belge dû aux réalisateurs François Troukens et Jean-François Hensgens. Avec sa violence et ses multiples assassinats, il n’est à l’évidence pas destiné à tous publics… L’action se déroule à Bruxelles où un braqueur croit réussir son casse le plus réussi – avant d’être soupçonné d’une vague d’assassinats ciblés de personnalités politiques et d’attentats aveugles qui bouleverse la Belgique. Ces crimes en série rappellent étrangement « l’affaire des Tueurs du Brabant », histoire bien réelle qui avait secoué la Belgique au cours des années 1980. Voici la bande de Frank Valken (Olivier Gourmet) et ses braqueurs de banques recherchés par la police comme auteurs de ces nouveaux meurtres en série, devenus ennemis publics numéro un de la Belgique.
 
Mais ces bandits – indiscutables bandits, voleurs armés, qui n’hésitent pas au besoin à se servir de leurs armes – ne seraient que les victimes désignées d’une très vaste manipulation. Le chef des braqueurs, en fuite, tente de retrouver la vérité, afin de se sauver, ou du moins sauver son honneur et celui de ses compagnons qui refusent d’être considérés comme des assassins, et des assassins aveugles. Une inspectrice, électron libre qui n’a guère la confiance de sa hiérarchie, veut bien croire ce bandit traqué (Lucie Tesla, incarnée par Lubna Azabal). Elle est bien la seule… Et elle finira par coopérer avec lui. Pas très crédible, tout ça ? Avouons-le, pourtant : le spectateur de bonne volonté, pris par l’action, ne s’ennuie absolument pas.
 
Le thème des attentats aveugles terrorisant la population ne peut que faire penser aujourd’hui aux actions et menaces des groupes djihadistes qui ont frappé à de multiples reprises en Europe. Mais c’est ce dont il n’est surtout pas question dans le film. Le personnage le plus positif du film, la lucide et courageuse inspectrice, est une Belge d’origine nord-africaine, tandis que les bandits, les corrompus ou les assassins, sont tous des Belges de vieille souche. Cela ne gâche pas le film, et ne fait l’objet d’aucun message explicite, mais on peut le remarquer.
 
L’intérêt culturel de Tueurs réside dans le visage que la Belgique renvoie d’elle-même, ou du moins de sa classe politique et de son système judiciaire. Il y aurait une superstructure mafieuse contrôlant le pays, capable de tout et surtout du pire. Tueurs n’est pas le premier film belge présent sur les écrans français cultivant cette veine. Le délire paranoïaque manifeste proposé par Tueurs s’explique vraiment par ce contexte culturel particulier. Sans être à l’évidence un grand film, Tueurs devrait néanmoins réussir à distraire un public amateur de thrillers… à condition de s’agir, selon l’expression consacrée, d’adultes avertis.
 

Hector Jovien

 
Tueurs Policier Action Fim