L’Assemblée constituante se réunit au Venezuela, consolidant le coup d’Etat de Nicolás Maduro

Venezuela Assemblée constituante Maduro coup Etat

Au Venezuela, l’Assemblée constituante révoque le procureur général Luisa Ortega Díaz, figure de l’opposition à Maduro .


 
Vendredi, les membres de la nouvelle Assemblée nationale constituante élue cinq jours plus tôt à l’initiative du président socialiste Nicolás Maduro, ont rapporté dans le bâtiment de l’Assemblée nationale les portraits de Hugo Chávez enlevés par les députés d’opposition après leur large victoire de 2015. Cette nouvelle assemblée qui ne comporte que des représentants favorables au gouvernement socialiste de Maduro va permettre à ce dernier de ne plus tenir compte du pouvoir législatif aux mains de l’opposition. Non seulement les candidats étaient-ils tous des socialistes, mais le chiffre de la participation aurait été largement gonflé par des méthodes frauduleuses selon l’entreprise qui fournit au Venezuela ses systèmes de vote depuis 2004.
 

La présidente de l’Assemblée constituante est un soutien virulent de Maduro

 
C’est Delcy Rodríguez, une ancienne ministre des Affaires étrangères connue pour ses propos outranciers devant l’Organisation des Etats américains et la communauté économique d’Amérique du Sud (Mercosur), qui a été nommée présidente de la nouvelle assemblée. Mme Rodríguez, dans une de ses premières déclarations en qualité de présidente de l’Assemblée constituante, a nié l’existence d’une crise humanitaire au Venezuela. Selon les chiffres avancés par le site Breitbart, 95 % des médicaments considérés par l’OMS comme indispensables au bon fonctionnement d’un système de santé manquent pourtant au Venezuela et 15 % des habitants du pays en sont réduits à fouiller les poubelles pour se nourrir. Le régime alimentaire imposé aux Vénézuéliens par la politique économique du Parti socialiste unifié du Venezuela a même gagné le surnom moqueur de « Dieta de Maduro », c’est-à-dire diète (régime) de Maduro.
 

Les députés de l’Assemblée nationale du Venezuela résistent au coup d’Etat de Maduro

 
Pour intimider les manifestants appelés par l’opposition à manifester vendredi devant l’Assemblée nationale, les dirigeants socialistes ont demandé à leurs partisans de s’y rassembler. Le président de l’Assemblée nationale, Julio Borges, a qualifié la convocation d’une assemblée constituante de « fraude la plus importante commise dans l’histoire moderne du Venezuela ». L’Assemblée nationale a aussi accusé le gouvernement d’avoir déployé l’armée pour bloquer le bâtiment et empêcher les députés légitimes d’y accéder, et les députés d’opposition présents à l’intérieur ont promis d’y rester et de ne pas céder leur place aux « élus » de l’Assemblée nationale constituante. Les députés ont publié vendredi après-midi sur les médias sociaux des messages faisant état de brutalités policières avec de nombreux blessés et des images de manifestants dispersés par les tirs de gaz lacrymogène.
 
Samedi, l’Argentine, le Brésil, le Paraguay et l’Uruguay, qui sont les pays fondateurs du Mercosur, ont décidé à l’unanimité de suspendre le Venezuela de la communauté économique d’Amérique du Sud pour « rupture de l’ordre démocratique ». Le même jour, la nouvelle Assemblée constituante de Maduro révoquait le procureur général Luisa Ortega Díaz très critique vis-à-vis du président socialiste depuis que la Cour suprême, aux mains des partisans de Maduro, avait tenté fin mars de s’arroger les prérogatives de l’Assemblée nationale avant de faire partiellement marche arrière sous le feu des critiques.
 

Olivier Bault