La Wallonie bloque le traité de libre échange entre l’UE et le Canada : comment l’Empire mondial se sert du chaos

Wallonie Traité Libre échange UE Canada empire mondial chaos

Le Parlement de Wallonie lors du débat sur le traité de libre-échange entre l’UE et le Canada (CETA), le 14 octobre 2016.


 
La région Wallonie a rejeté il y a deux jours le CETA, le traité de libre échange entre le Canada et l’union européenne, malgré l’ultimatum de celle-ci. Apparemment piégé par ses propres règles, l’Empire mondial est gagné par le chaos, mais sera renforcé par ce chaos.
 
Tel est pris qui croyait prendre : le pouvoir mondial en formation utilise l’Union européenne pour détruire l’ordre des nations, l’Union européenne utilise les régions à la même fin, les poussant à croître et s’allier contre les capitales nationales, or c’est une de ces créatures, la Wallonie, qui bloque un projet de ce pouvoir mondial en refusant de ratifier le traité de libre échange entre l’Union européenne et le Canada. Apparemment donc, les élites qui nous oppriment se sont pris les pieds dans le tapis et le coq de Wallonie peut pousser son cocorico.
 

Cocorico : la Wallonie bat l’Union européenne et l’Empire mondial

 
Dans cette optique, le sort du monde s’est joué à Namur où se réunissait la commission des affaires étrangères du parlement de Wallonie et de la fédération Bruxelles-Wallonie. Le non finalement prononcé par le ministre président de Wallonie, Pierre Magnette a finalement bloqué tout le processus : la Belgique fédérale ne pourra pas ratifier un traité de libre échange dont apprend au passage l’existence (il a été signé en 2014 dans l’indifférence générale), donc ses 27 partenaires de l’Union Européenne ne pourront pas procéder non plus à sa ratification, et la visite du premier ministre du Canada Justin Trudeau prévue pour célébrer celle-ci sera selon toute probabilité annulée. La Commission européenne a beau tempêter, le petit Poucet wallon bloque toute la machine de l’Empire mondial.
 

Hélas, le principe du libre-échange reste intact

 
A regarder les choses de plus près, on s’aperçoit cependant que le refus de la Wallonie ne porte pas sur le libre-échange lui-même mais entend seulement obtenir des aménagements sur les droits de l’homme, le bœuf aux hormones, le développement durable, le droit du travail, le principe de précaution. En gros, des revendications de la gauche humaniste qui ne contreviennent nullement à la morale politique de l’Empire mondial. C’est normal puisque Magnette et sa majorité sont socialistes. Depuis Porto Alegre, l’altermondialisme sert d’opposition de sa Majesté au mondialisme. On a pu noter au fil des derniers mois des oppositions de plus en plus marquées au traité de libre-échange transatlantique et à son cousin le traité de libre-échange transpacifique. L’Empire mondial a l’oreille fine, il entend la colère des peuples, et il sait lâcher du lest sur des questions secondaires, mettre en œuvre des moyens de substitution, des plans B, on l’a vu pour le Brexit. Un jour ou l’autre, le CETA, ou son petit frère, sera renégocié, et les modifications tiendront compte à la fois des revendications de la gauche humaniste et des nécessités de l’Empire mondial, sans donc remettre en question l’ouverture des frontières aux biens et aux personnes.
&nbsp ;

Avec ou sans traité avec le Canada, le chaos augmente le pouvoir du chaos

L’important, pour l’Empire mondial, n’est pas l’adoption à tel moment de telle disposition, mais le processus qui assure son emprise croissante sur les peuples. La Wallonie sème le chaos dans le calendrier ? Va pour le chaos s’il satisfait l’orgueil des peuples d’un côté, et contribue à détruire un peu plus l’ordre des nations de l’autre. Car un précédent vient d’être créé : une région, et pas des plus puissantes, a pu empêcher la souveraineté d’une nation de s’exercer.
 
L’Empire mondial nourrit son pouvoir non seulement du chaos qu’il sème entre les nations et à l’intérieur des nations, mais aussi de celui qu’il entretient entre ses propres constituants. Pierre Magnette a été applaudi par Foodwatch et Greenpeace, car derrière la gauche humaniste se dessinent les grandes ONG écologistes qui sont pour ainsi dire la jambe gauche de l’Empire mondial et hâtent sa marche en faisant pièce aux multinationales qui lui servent de jambe droite.
 

Pauline Mille