fbpx

ACTION Le 15h17 pour Paris •


 
Le 15h17 pour Paris est le dernier film d’action, très attendu, du maître du genre et réalisateur-vedette Clint Eastwood. Dans ce fameux train, trois militaires américains, Anthony Sadler, Alek Skarlatos, Spencer Stone, en vacances en Europe, et providentiellement présents dans Le 15h17 pour Paris du 21 août 2015, ont véritablement maîtrisé, près d’Arras, un djihadiste armé, Ayoub El Khazzani, qui comptait effectuer un carnage dans le wagon, puis les suivants…Ces hommes ordinaires sont des héros ; les décorer de la Légion d’Honneur à l’Elysée reste l’un des actes les moins contestables de l’ancien président François Hollande. Ces images d’archives sont incluses dans le film. Curiosité, les trois hommes en question ont interprété dans le film leurs propres rôles. Ces héros ont assurément droit à la reconnaissance de la France. Mais nous devons ici émettre une opinion sur le film qui leur rend hommage : hélas, le film d’action manque terriblement d’action.
 
Clint Eastwood entend célébrer ces héros et faire une forme de démonstration de patriotisme états-unien. Nous ne doutons pas de l’excellence de ses intentions. Mais les bonnes intentions ne font pas toujours les bons films, voire rarement. Le film présente les trois minutes du drame dans Le 15h17 pour Paris. Il y a là la durée d’un court métrage. Alors, comment remplir les 1h34 du film ? L’exercice n’était pas si simple, soit. Sont donc présentées longuement les vies, de l’enfance au drame, de trois garçons californiens ordinaires devenus des héros, et ce évidemment grâce à leur formation militaire. Le film ressemble assez à une publicité pour l’armée des Etats-Unis. Des garçons trop agités à l’école, végétant dans le civil, y ont trouvé un sens à leur vie et appris, l’histoire l’a démontré en France, beaucoup de choses utiles, des méthodes de combat à mains nues aux premiers secours.
 

Le 15h17 pour Paris déçoit largement

 
Par contre, et c’est très dommage, on ne voit strictement de la vie du terroriste, de sa préparation de l’attentat. Ainsi Le 15h17 pour Paris oublie toute une partie, absolument essentielle, du sujet. C’est très dommage. On conçoit le refus de faire la moindre publicité au terroriste, mais le film est ainsi beaucoup trop déséquilibré. Avant ce bref drame, ces Américains moyens n’ont en outre absolument rien accompli de remarquable et leurs non-aventures n’offrent guère d’intérêt au cinéma. On peut certes éprouver une petite curiosité dans la présentation du fonctionnement d’un collège privé chrétien ou des différentes formations proposées dans les armes complémentaires des Etats-Unis. L’esprit de corps y est très fort. L’armée de l’Air n’est surtout pas la Marine, ni l’armée de Terre, et réciproquement…Il subsiste ainsi un petit intérêt sociologique dans ces longues scènes du film avant le drame mais tout ceci ne parvient pas à passionner sur la durée.
 
Aussi Le 15h17 pour Paris, sans être complètement manqué peut-être, déçoit largement.
 

Hector JOVIEN

 
15 17 Paris Action Film