fbpx

Emma Bonino, la femme politique chérie du pape François, signe une pétition pour libéraliser l’avortement en Italie

Emma Bonino signe pétition libéraliser avortement Italie femme politique
 
La militante radicale, qui s’est vantée d’avoir elle-même pratiqué un très grand nombre d’avortements clandestins, soutien de toutes les causes révolutionnaires, en elle-même la première signataire.
 
Adressée au ministre de la santé Beatrice Lorenzin, la pétition demande une modification de la fameuse loi 194 sur « l’interruption volontaire de grossesse » pour que les avortements chimiques puissent être réalisés en ambulatoire. Dans la plupart des régions italiennes, les femmes doivent rester à l’hôpital en attendant que l’avortement soit achevé, soit trois jours en moyenne.
 
L’objectif de la pétition est de permettre un accès plus aisé, moins coûteux et surtout plus fréquent à l’avortement chimique et en finir avec la « stigmatisation » que représenterait l’obligation des femmes de rester hospitalisées.
 
A l’heure actuelle, 15 % des avortements se font par voie chimique en Italie, contre 57 % en France et 93 % en Finlande. Plus anodine que l’avortement chirurgical, la procédure médicamenteuse anesthésie encore un peu plus les consciences.