fbpx

Bagnolet : La gauche unie fête la Toussaint rouge qui commença la guerre d’Algérie le 1er novembre 1954

Guerre-d-Algerie-Bagnolet-gauche-unie-Toussaint-rouge-
 
La municipalité socialiste de Bagnolet, soutenue par toute la gauche unie pour une fois, fête le soixantième anniversaire des assassinats qui ont commencé la guerre d’Algérie le 1er novembre 1954, ce qu’on a surnommé la Toussaint rouge. Avec une exposition intitulée « Algérie, un peuple, ses résistants ». Cette provocation marque l’abaissement de l’esprit public et bafoue la Nation.
 

La gauche unie, enfin

 
L’exposition, qui se poursuit jusqu’au 7 novembre, se double d’une soirée cinéma très spéciale le 3, destinée à glorifier le soulèvement algérien. Pour cette initiative, la municipalité socialiste a reçu le soutien des Verts, des Radicaux de gauche, du Parti de gauche et même du PC. Une gauche unie dont rêverait François Hollande, comme elle l’était sous Giscard, et comme elle ne le fut jamais durant la guerre d’Algérie, heureusement pour l’honneur de certains socialistes et radicaux.
 

Le bilan de la guerre d’Algérie

 
Cette gauche unie se veut laïque et antiraciste. Peut-être a-t-elle oublié que le congrès de la Soummam, qui a donné son véritable élan au soulèvement algérien, se tint sous la coupe des oulemas, et que depuis, l’Algérie française laïque et multicommunautaire a été remplacée par une dictature militaire d’où les Européens ont été chassés, où les Kabyles sont brimés, dictature marquée par les poussées sanglantes du FIS, du GIA et d’autres mouvements islamistes extrêmes ? La charia s’est d’ailleurs largement installée dans les faits et partiellement dans le droit.
 

Trahison des idéaux de gauche ? Ou mise en évidence de ses objectifs réels ?

 
Cette gauche unie se prétend pacifiste et pacifique. Sans doute n’a-t-elle pas pris garde que le 1er novembre 1954 les terroristes du FLN lançaient une vaste vague d’attentats aveugles pour la plupart, qui ne fit heureusement que dix morts, faute de capacité technique chez les tueurs. Elle a zappé aussi, semble-t-il, l’horrible théorie de lâches assassinats que fut souvent, du côté du FLN, la guerre d’Algérie. Sur le Boulevard Voltaire, Manuel Gomez a eu la délicatesse de n’en rappeler que trois, Palestro, el Halia et Mélouzza : il faut dire que l’intégralité lèverait le cœur du lecteur, tant par la masse de sang répandue, par la nature des victimes, femmes, enfants, vieillards, prisonniers, que par les méthodes, yeux crevés, oreilles et nez coupés, cadavres émasculés retrouvés les testicules dans la bouche, etc. On ne dira rien des dizaines de milliers de harkis dépecés, salés, bouillis ou simplement liquidés au couteau, des milliers d’Européens et d’Européennes enlevés et assassinés après l’armistice, dont bien des femmes envoyées au bordel.
 

Bagnolet et la falsification de l’histoire

 
Quand l’histoire sera débarrassée des propagandes grossières dont la gauche unie de Bagnolet est un vivant exemple, on reconnaîtra peut-être que la majorité des morts musulmans de la guerre d’Algérie ont été tués par la rébellion, et que l’armée française a fait là-bas un travail magnifique. On notera aussi que le FLN mène depuis 1962 une interminable guerre civile dont les victimes sont littéralement innombrables.
 
Des chefs FLN, et non des moindres, Hocine Aït Ahmed, Fehrat Abbas, tout en conservant leurs convictions, ont fait part de regrets. Pas la gauche unie de Bagnolet. Elle n’a rien appris, elle ne sait rien et ne veut pas le savoir. Sans doute l’indépendance de l’Algérie était-elle inéluctable, mais il y a la manière, et le résultat. Sans doute aussi l’heure est-elle à l’oubli des coups donnés de part et d’autre, au pardon, mais justement : la « fête » de Bagnolet pour célébrer la Toussaint rouge est une mauvaise action. Une insulte à la vérité. Une insulte au bon sens, qui exige de ne pas réinfecter les plaies. Cette provocation est encore plus bête que méchante, encore plus absurde que criminelle. Ne reprochons pas aux activistes de la gauche unie de trahir leur pays : cela n’a aucun sens à leurs yeux, pas plus qu’à ceux de leurs devanciers, qui, en portant les valises du FLN, ont aidé à faire couler des flots de sang. Montrons leur simplement qu’ils trahissent leurs propres idéaux, et qu’en servant leurs faux dieux d’hier, ils risquent aujourd’hui de provoquer artificiellement une injuste animosité des Algériens contre la France, et en retour, une exaspération, une épouvantable colère de la France contre les Algériens. Le moment semble venu de prier pour y échapper.
 

La fête de la Toussaint, en rouge

 
Petite cerise sur ce gâteau d’immondices, la gauche unie de Bagnolet a choisi la fête de Toussaint, la plus populaire en France, où toutes les familles sont rassemblées dans le souvenir de leurs morts, pour faire son mauvais coup. Comme s’il s’agissait de semer la désunion dans le peuple français, et, par surcroît, de changer la nature d’une fête de paix chrétienne pour en faire une fête d’affrontement politique, de mémoire falsifiée, de guerre civile, seulement mentale heureusement – pour l’instant.