fbpx

DOCUMENTAIRE Signer ♥♥♥


 
Signer, c’est parler dans les langues des signes. Le film peut paraître aride de premier abord : il s’agit d’un documentaire israélien consacré aux langues des signes utilisées en Israël, cœur du sujet, et par extension dans le monde entier. Il existerait des dizaines de milliers, au moins, de langues des signes dans le monde entier, pour la plupart très locales. Toutefois leur nombre se réduit rapidement. Aussi des scientifiques de terrain recherchent ardemment celles en voie de disparition. Il ne devrait à terme subsister que quelques centaines de langues des signes principales, souvent calquées assez étroitement sur les langues parlées. Les constructions des phrases que signent spontanément les sourds ont des structures différentes des langues parlées, même s’ils maîtrisent sans difficultés les nouvelles langues des signes normées calquées sur l’oral. Subsistent dans le monde quelques bizarreries majeures, comme le fait que pour la même langue anglaise, se concurrencent les langues des signes américaines et anglaises, bien distinctes.
 
Les langues des signes ont vraisemblablement toujours existé, dans le monde entier. Il existe un besoin universel de se faire comprendre pour un public qui n’entend pas, ou ne peut pas parler. Les sourds, au prix de grands efforts, peuvent parler avec difficulté ; s’ils peuvent ainsi se faire comprendre de tous, le dialogue n’est guère possible, du fait de la difficulté de saisir les réponses ; lire sur les lèvres ne donne que des résultats approximatifs, même avec beaucoup d’entraînement. Le grand progrès du XXème a consisté en l’élaboration de langues des signes pouvant transcrire des phrases complexes. Autrefois, pour faire comprendre une idée sophistiquée, un utilisateur d’une langue des signes devait réussir à la découper en un grand nombre de phrases réduites à un sujet, un verbe, un complément. Il y arrivait, mais c’était particulièrement long et fastidieux. Sur ce point, le progrès est indéniable.
 

Signer, pour un public bien plus large que les sourds, sourds-muets et leurs proches

 
Israël est un Etat très particulier dans le monde, puisqu’accueillant des Juifs venus du monde entier, d’Afrique du Nord, du Yémen, d’Europe…Les premières générations ont parlé encore leurs langues d’origines, et utilisé aussi leurs langues des signes. La langue des signes israélienne, dont il existe deux versions, serait une remarquable synthèse de tous ces apports. Elle est aussi employée désormais par les sourds palestiniens. Les Palestiniens témoignent aussi dans le film de leurs très nombreuses langues des signes très localisées, en cours de disparition. Signer donne une image de merveilleuse harmonie entre Israéliens et Palestiniens. Partager un handicap commun rapproche certainement. Il faut simplement se garder de toute généralisation.
 
Signer est bien construit. Il alterne harmonieusement explications d’universitaires, qui savent se montrer remarquablement clairs, tableaux pédagogiques animés, et témoignages des principaux concernés, les usagers des langues des signes. Il y a dans Signer une dimension militante assumée, qui concerne surtout les usagers des langues des signes, principalement les sourds, les sourds-muets, et leurs proches.
 
Pourtant, et c’est heureux, Signer intéresse bien au-delà des seuls militants.
 

Hector JOVIEN

 
Signer Documentaire Film